mercredi 13 septembre 2017

Robert Pattinson's New Interview with Le Point "I'd like to play in a comedy" + Translation

Nouvelle Interview de Robert Pattinson avec Le Point  "J'aimerais jouer dans une comédie"




Via Le Point:

Robert Pattinson : "J'aimerais jouer dans une comédie"

À l'affiche de Good Time, l'acteur prouve une nouvelle fois l'étendue de son jeu. Et s'amuse de voir les gens surpris de son talent ! Entretien très franc.


Robert Pattinson rit beaucoup. On ne s'y attendait pas. Comme tout le monde, on l'imaginait mélancolique, distant, taciturne – bref, à l'image du vampire Edward Cullen qui l'a rendu célèbre dans Twilight. Bien sûr, cela fait cinq ans que Robert Pattinson a rentré les crocs, cinq ans qu'il multiplie les performances épatantes et les réalisateurs de prestige : David Cronenberg en 2012 et en 2014, James Gray cette année, Olivier Assayas en 2018… On pourrait croire qu'à ce stade sa réputation serait faite. Mais non. Ainsi qu'il le souligne si joyeusement, à chaque nouveau film, stupeur, tout le monde se rend compte que Robert Pattinson est un bon acteur. Et ultra-sympathique, de surcroît.
Le phénomène n'a pas manqué de se reproduire avec sa dernière métamorphose en date, Good Time, en salle ce mercredi. Sélectionné au dernier Festival de Cannes, ce thriller survolté est signé des frères Joshua et Benny Safdie, un duo prometteur que Martin Scorsese lui-même a pris sous sa protection (il produira leur prochain film). Pattinson y campe Connie, un gentil garçon capable du pire. Pour éviter à son frère Nick, qui souffre d'un handicap mental, d'être interné dans un établissement spécialisé, il l'entraîne dans un braquage de banque. L'argent, dit-il, leur servira à acheter une ferme. Sauf que Nick se fait prendre et emprisonner. Et que, pour le faire évader, Connie prendra toutes les mauvaises décisions possibles – y compris se teindre les cheveux en blond peroxydé ! Ajoutez à cela un visage strié de cicatrices d'acné et une barbe repoussante de crasse et vous obtiendrez un Robert Pattinson si méconnaissable qu'il put arpenter les rues de New York sans qu'aucune midinette ne l'arrête pour un autographe.

Le Point Pop : Votre performance dans Good Time a été saluée à l'unanimité. Ce qui est amusant, c'est qu'à chaque nouveau film tout le monde a l'air de s'apercevoir que vous êtes un bon acteur...
Robert Pattinson : Je me demande à quel point les gens pensent que je suis mauvais pour se montrer aussi surpris à chacun de mes films. Vous croyez que, dans dix ans, ils diront encore : « Waouh, il n'est pas si nul que ça ! » ? (Il éclate de rire.) Mais c'est plutôt bien, non ? C'est super de pouvoir surprendre les gens, ça vous donne beaucoup d'énergie. Ça me met de la pression d'une façon positive.




Est-il possible, pour un acteur, de se débarrasser des préjugés du public ? De l'image qu'il a de vous ?
J'ai toujours pensé qu'il fallait accepter le fait que les gens qui vous ont vu dans un rôle vont avoir une certaine image de vous, certaines attentes. Mais je pense qu'on a davantage de contrôle dessus qu'on ne le pense. Ça demande juste du temps et du travail. C'est sûr qu'après cinq films dans le même rôle de vampire on ne peut pas s'attendre à ce que les gens ne m'identifient pas à ça. Mais ce serait la même chose pour n'importe quel rôle.

Les gens vous sous-estiment peut-être à cause de Twilight, mais il paraît que, vous-même, vous avez tendance à vous trouver nul !
Absolument. (Rires) Je ne sais pas pourquoi. Par exemple, pour ce film, alors même que je l'adore et qu'il a été sélectionné à Cannes, mon cerveau a commencé à me murmurer : « Ca va être un désastre, peut-être qu'il est nul, en fait, ce film. » Et, le temps que j'arrive à Cannes, j'étais d'une humeur exécrable, prêt à me bagarrer avec tout le monde. La veille de sa projection publique, je me sentais minable et j'étais tellement en colère que je me disputais pour rien avec les gens. Je ne sais pas pourquoi ça m'arrive, c'est un stress étrange.

Beaucoup d'acteurs évitent de lire les critiques les concernant pour ne pas déprimer. Vous, au contraire, vous les dévorez...
Oui, et quand elles sont bonnes, je cherche les mauvaises ! (Rires.) Certaines critiques sont vraiment intéressantes : elles ne se contentent pas de donner un avis, elles sont bien écrites et font réfléchir. D'ailleurs, ça m'est arrivé plusieurs fois de voler des citations issues des critiques pour les ressortir en interview ! (Rires.)

Aujourd'hui, ces critiques disent que vous êtes au meilleur de votre forme, que Good Time est votre meilleur rôle jusqu'ici. Est-ce aussi votre sentiment ?
Je ne sais pas. C'est un métier tellement bizarre parce qu'on dépend totalement de ce que les autres font. On ne peut être bon qu'à la mesure des opportunités qu'on nous offre. À chaque film, je m'attends à ce que ce soit le dernier.

Vous détestez passer les castings...
Je suis horrible en audition. Je ne peux vraiment pas passer de casting. Avant Twilight, j'ai dû passer 10 000 auditions et je n'ai décroché que 9 boulots. J'ai même perdu mon agent plusieurs fois tellement j'étais mauvais. C'est un problème d'anxiété. Et puis je n'aime pas l'équilibre du pouvoir dans ces castings : 20 personnes en face de vous qui vous jugent, c'est très humiliant, on se sent terriblement mal.

Heureusement, aujourd'hui, vous n'avez plus besoin de ça : presque tous les réalisateurs seraient ravis de vous avoir dans un de leurs films, non ? Votre nom est synonyme de notoriété, de fans...
Si quelqu'un m'embauche en pensant que je vais ramener un public, ça me rend nerveux. Je ne peux pas le garantir, personne ne le peut. Mais je crois que les gens qui m'embauchent ne pensent plus ça, donc ils ne peuvent pas être déçus à l'arrivée ! Il faudrait que je fasse de nouveau des films romantiques pour que ça puisse marcher ! (Rires.)

Vous devriez faire une comédie romantique !
J'adore les rom-coms ! L'autre jour, je regardais Vous avez un message, ce film est génial, mais plus personne n'en écrit des comme ça...

Recevez-vous beaucoup de propositions ? Comment choisissez-vous vos projets ?
Je suis très pro-actif. On devient fou si on attend simplement que quelque chose se passe. J'essaye de trouver des réalisateurs ou des scénaristes qui ne sont pas encore trop à la mode. J'ai programmé mon compte Twitter pour suivre beaucoup de journalistes spécialisés dans le cinéma et je passe littéralement mes journées à lire des critiques et à regarder des films. Pour les frères Safdie, je suis tombé sur la bande-annonce d'un de leurs films. J'ai demandé à mon agent s'il les connaissait, mais, apparemment, personne n'en avait entendu parler. Donc je me suis précipité sur mon téléphone pour leur demander un rôle, quel qu'il soit !

Y a-t-il des réalisateurs avec qui vous rêvez encore de travailler ?
C'est étrange parce qu'il y a plein de réalisateurs français qui m'intéressent. J'aimerais vraiment travailler avec Maïwenn, j'ai trouvé son dernier film incroyable. Et Maren Ade ! Toni Erdmann est tellement formidable. J'aimerais jouer dans une comédie moi aussi...

C'est rare qu'un acteur « hollywoodien » soit aussi versé dans le cinéma européen !
C'est juste que je m'ennuie très facilement. Je n'aime pas regarder des choses prévisibles. Je trouve assez fou que beaucoup d'acteurs ne regardent jamais de films. Comment peut-on aimer faire du cinéma et ne pas aimer voir des films ? Moi, je peux dire honnêtement que c'est la seule chose qui m'intéresse !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Via Le Point:
The Pop Point: Your performance in Good Time was unanimously welcomed. What is funny is that people seems to realize that you are a good actor at every new film ...Robert Pattinson: I wonder how much people think I'm a bad actor to be so surprised by each of my films. Do you think that in ten years they will still say: "Woa, he's not that bad!"? (He bursts into laughter.) But that's pretty good, isn't it? It's great to be able to surprise people, it gives you a lot of energy. It puts pressure on me in a positive way.

Is it possible for an actor to get rid of the audience's prejudices? Of the representation it has about you?I always thought that we had to accept the fact that people who saw you in a role will have a certain idea about you, some expectations. But I think we have more control than we think. It just takes time and work. It's clear that after five movies in the same vampire role, we can't expect that people won't identify him to me. But it would be the same for any role.
People may underestimate you because of Twilight, but it seems that you yourself tend to think you are bad!Absolutely. (Laughs) I don't know why. For example, for this film, even if I love it and it was selected in Cannes, my brain could't  help but whispers to me: "It's going to be a disaster, maybe this film is shitty". And, as I arrived in Cannes, I was in a terrible mood, ready to fight with everybody. The day before the public screening, I felt pathetic and I was so angry that I was arguing about nothing with people. I don't know why this happens to me, it's a strange kind of stress.

Lots of actors avoid reading the reviews about them so as not to feel depressed. You, on the contrary, you devour them ...Yes, and when they are good, I look for the bad ones! (Laughs.) Some reviews are really interesting: they don't just give an opinion, they are well written and make you think. Besides, I stole quotes from critics several times to bring them out in interviews! (Laughter.)
Today, these reviews say you are at your best, that Good Time is your best role so far. Is it your feeling too?I don't know. It's such a strange industry because it totally depends on what others do. We can only be good to the extent of the opportunities we are offered. With each film, I expect it to be my last one.

You hate doing auditions ...I'm awful during audition. I really can't do auditions. Before Twilight, I had 10,000 auditions and I only got 9 jobs. I even lost my agent several times because I was so bad. It's an anxiety problem. And then I don't like the balance of power in these auditions: 20 people in front of you who judge you, it's very humiliating, how not feel terribly bad?


Fortunately, today you no longer need this: almost all the directors would be delighted to have you in one of their films, right? Your name is synonym of fame, fans ...If someone hires me thinking that I'm going to bring an audience with me, it makes me nervous. I can't guarantee it, nobody can. But I think the people who hire me no longer think about it, so they can't be disappointed in the end! I should do romantic movies again so that could work! (Laughter.)

You should do a romantic comedy!I love rom-coms! The other day, I was watching 'You got a mail', this movie is really great, but nobody writes any more like that ...

Do you get a lot of offer? How do you choose your projects?I'm very pro-active. You go crazy if you just wait for something to happen. I try to find directors or screenwriters who are not known too much yet. I set up my Twitter account to follow many journalists specialized in cinema and I literally spend my days reading reviews and watching movies. For the Safdie brothers, I came across the trailer of one of their films. I asked my agent if he knew them, but apparently no one had ever heard of them. So I rushed to my phone to ask them for a role, whatever it was!


Are there directors with whom you still dream to work with?
It's strange because there are a lot of French directors who interest me. I would really like to work with Maïwenn, I think her last film incredible. And Maren Ade! Toni Erdmann is so great. I would like to play in a comedy too ...

It's so
uncommon that a "Hollywood" actor is so attract by European cinema!
It's just that I get bored very easily. I don't like to watch predictable movies. I find it crazy that many actors never watch movies. How can you enjoy being an actor and not enjoy movies? I can honestly say that's the only thing that interests me!
 
 
 


Quickly translated by Pattinson Art Work




4 commentaires:

  1. thank you for all the updates and translations! All your hard work is appreaciated :-)

    btw, here's an new/old fan pic from 1984's opening night in NYC https://www.instagram.com/p/BY8uST7BWnW/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. You're welcome :) Oh thanks for the pic. I saw it but forget about it in the middle of all the interviews and mags

      Supprimer
  2. Interview interessante. Rob confirme avoir un compte twitter !!!
    Cela fait plusieurs fois qu'il fait part de ses problemes d'anxieté, je pense avoir lu qu'il avait suivi une therapie, je me demande si c'etait à cause de son anxiété.
    Un grand Merci pour le superbe boulot, pour toutes ces mises à jour et partages :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir! :) On adore partager avec vous! Oui c'est une interview vraiment sympa. En effet il a dit plusieurs fois être incognito sur Twitter pour regarder tout ce qui concerne le cinéma. Il a bien raison c'est là où l'on trouve le plus de choses dans ce domaine! Pour l'anxiété je pense oui qu'il doit se faire aider. Il existe de nombreuses technique qui permettent de mieux gérer le stress au quotidien et au travail et ça facilite la vie! Merci pour ta fidélité sur notre blog Tania!

      Supprimer

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...