vendredi 31 octobre 2014

'Maps To The Stars': New Rob's Interview with 'The Free Press': "I'm thinking in the next one, I'm going to be run over by a limo" - TIFF

'Maps To The Stars': Nouvelle Interview de Rob avec 'The Free Press': "Je pense que dans le prochain, je me ferais rouler dessus par une limousine"- TIFF




From The free press:
Cronenberg met Pattison à l'intérieur d'une limousine

TORONTO - Pour Robert Pattinson, travailler avec un réalisateur comme David Cronenberg est une façon catégorique de quitter l'univers de Twilight, et des vampires sexy.

Mais là encore, le rôle de l'acteur anglais dans Maps to the Stars montre une certaine redondance. Il est de nouveau installé dans une limousine, où il a passé la quasi-totalité du film Cosmopolis de Cronenberg, dans la peau d'un financier milliardaire lors d'un lent cheminement vers la ruine. Cette fois, Pattinson est à la place du conducteur, en tant qu'acteur-scénariste en devenir à
Hollywood, qui à un moment donné envisage même de rejoindre l’église de Scientologie "comme un choix de carrière."

The Free Press a parlé avec Pattinson sur cette 2eme collaboration avec Cronenberg:

FP: Alors, encore une fois du sexe dans une limousine ?

RP: Oui, ça fait bizarre. Apparemment, Cosmopolis était une audition pour celui-ci. Je pense que c'est ce que je vais utiliser comme photo portrait: moi me penchant par la fenêtre d'une limousine.

FP: David Cronenberg aime faire appel à certains acteurs, comme Viggo Mortensen et Jeremy Irons, plus d'une fois. Comment ça se passe pour devenir membre de ce club?

RP: Je pense que c'était un coup de chance au départ. Je m'entends vraiment bien avec lui. C'est quelqu'un de vraiment très agréable, et il est amusant à côtoyer. J'ai pris note du fait qu'il aime utiliser le même casting années après années, c'est en quelque sorte mon chèque d'aiallocations.

FP: Ça doit être gratifiant qu'il vous voit dans des rôles aussi différents que celui d'un milliardaire solitaire, un peu déséquilibré dans Cosmopolis et aussi comme un acteur en devenir prêt à tout à Hollywood dans Maps to the Stars.
RP: Ce sont des personnages très différents, oui, mais aussi tous les deux dans des limousines et en costumes noirs. Ça doit être la ligne directrice. Je pense que dans le prochain, je me ferais rouler dessus par une limousine.

FP: Vous vivez à Los Angeles, alors voyez vous une part de réalité dans ce film?
RP: Carrément. Certains des personnages semblent être des archétypes, mais je ai rencontré beaucoup d'entre eux. Je me souviens de certaines scènes, comme celles avec tous les jeunes acteurs lorsqu'ils sont tous à se critiquer et se moquer les uns des autres. Ça m'a vraiment rappelé quand je suis arrivé à Los Angeles, avant les téléphones avec appareils photo, quand vous alliez à des boîtes de nuit et il y avait des gamins de 15 ans célèbres et vous pouviez les voir boire ouvertement et c'était vraiment bizarre. Les règles semblaient différentes. Mais maintenant ce n'est plus du tout pareil, parce que les gamins dans les bars sont repérés immédiatement. Mais je me souviens en arrivant d'Angleterre et de voir ça, alors que je ne pouvais toujours pas rentrer dans les clubs en Angleterre quand j'avais 20 ans et ici, il y avait des gamins qui buvaient!

FP: Êtes-vous plus à l'aise dans un un groupe de plusieurs acteurs ou bien de porter le film tout seul comme dans Cosmopolis?
RP: Sur un film comme celui ci, il y a évidemment beaucoup moins de pression, donc j'aime beaucoup. Quand vous n'avez pas à porter le film, c'est une décision moins difficile à prendre.

Traduction Pattinson Art Work / English version after the cut




¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

From The free press:
Cronenberg puts Pattinson back inside limo

TORONTO -- For Robert Pattinson, working with a director like David Cronenberg is an emphatic departure from the Twilight world of brooding, sexy vampires.

But then again, the English actor's role in Maps to the Stars does represent a certain redundancy. He is again placed in a limousine, where he spent almost the entirety of Cronenberg's Cosmopolis as a billionaire financier on a slow road to ruin. This time, Pattinson is in the driver's seat as a Hollywood wannabe actor-screenwriter, who at one point is contemplating joining the Church of Scientology "as a career move."

The Free Press spoke with Pattinson about Round 2 with Cronenberg:

FP: So, again with the limo sex?
RP: Yeah, it's weird. Apparently, Cosmopolis was just the audition for this one. I'm thinking that's what I'm going to use as my head shot: me leaning out of the limo window.

FP: David Cronenberg likes to use certain actors, such as Viggo Mortensen and Jeremy Irons, more than once. Do you have to have a certain rapport to be a member of that club?
RP: I think it was just luck at the beginning. I really get on with him. He's a really nice person, and he's fun to be around. I did consider that he likes to use the same cast for years and years, so that's my welfare cheque.

FP: It must be gratifying that he sees you playing roles as different as a solitary, somewhat unhinged billionaire in Cosmopolis and as a hungry Hollywood wannabe in Maps to the Stars.
RP: Very different characters, yes, but both in limos and both in black suits. That's got to be the through line. I'm thinking in the next one, I'm going to be run over by a limo.

FP: You live in Los Angeles, so do you recognize the reality of this movie?
RP: Definitely. Some of the characters seem to be archetypes, but I've met a lot of them. I remember certain scenes, like the scenes with all the young actors when they're all bitching about each other. That really reminded me of when I first started coming to L.A., before camera phones, when you would go to nightclubs and there would be really famous 15-year-olds and you could see them openly drinking and it was so weird. There was like a different set of rules. But now it's not the same anymore, because kids in bars get found out immediately. But I remember coming from England and seeing that, because I was still not being let into clubs in England when I was 20 and here, there were kids drinking!

FP: Are you more comfortable in an ensemble as opposed to carrying the movie as in Cosmopolis?
RP: On something like this, there's obviously a lot less pressure, so I like it a lot. When you don't have to drive the movie forward, it's not as hard a decision to make.


Via


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...