mercredi 27 août 2014

Full and Unedited Interview of Robert Pattinson for 'Little White Lies' Magazine - New Quotes

Interview Complète et Non Publiée de Robert Pattinson pour le Magazine 'Little White Lies' - Nouvelles Citations

Update: Ajout de la traduction:



Nous vous avions posté les scans du magazine Little White Lies début juillet avec l'interview de Rob. Nous avons maintenant l'interview complète avec des questions qui n'avaient pas été publiées dans le magazine.

We posted the scans of the magazine Little White Lies early July with Rob's interview. We now have the full interview with questions that had not been published in the magazine.


Via Little White Lies:
David Michôd a dit qu'il y a un homme très en colère à savoir lui – au cœur de The Rover. Quelles émotions en avez vous retiré et quelles sont celles que le film a déclenché?
Ca suscite incontestablement de la peur et de l'anxiété mais c'était le personnage pour lequel j'auditionnais. De plus la toute première chose qui m'a parlé était purement un truc stylistique. Une écriture propre et en même temps c'était si saisissant. C'était vraiment original, même la façon dont le texte apparaissait sur la page.

Qu'avez vous trouvé intéressant chez Rey lorsqu'il a débarqué la toute première fois dans votre vie?
J'ai trouvé ça assez intéressant de lire quelque chose dans laquelle vous ne pouvez pas dire si le mec est déficient mental ou pas. J'ai demandé à David au début des auditions si oui ou non il l'était et il a dit, ‘Je ne sais pas. Peut être’ et puis on a décidé que ce serait une personne qui a été sévèrement maltraité ou quelqu'un a qui on a dit qu'il était handicapé toute sa vie, mais ça a plus à voir avec sa confiance en lui. Il est vraiment timide et les gens autour de lui, sa famille, sont très durs et lui ont donné des claques toute sa vie et il a donc décidé qu'il ne pouvait pas être lui même. Il n'a jamais tenté de réfléchir par lui même ou de parler en son nom. C'était intéressant. Les seules fois où il est lui même c'est quand un homme horrible le force à le faire.

Il passe de celui qui était le seul à être paisible à ne plus l'être du tout.
Je ne pense pas qu'il comprenne ce qui se passe. Je pense qu'on peut forcer n'importe qui à être n'importe quoi. Eric tente de modeler Rey plus comme lui. Je suppose que Rey devient en quelque sorte comme Eric à la fin. On l'a forcé à devenir quelqu'un qu'il n'est pas, même si c'est en dehors de sa zone de confort. Il est meilleur. Il peut se défendre lui même un peu plus mais il le fait d'une façon bizarre et reculée qui est complétement vaine. Et je pense qu' Eric regarde ce qu'il a fait. Il a créé un monstre et il se voit pour la toute première fois et ça le fait réfléchir.

Avec Rey, J'étais intéressé par cette dynamique où un mari bat sa femme et la femme ne cesse de revenir. Plus le mari agi mal, plus la femme pense qu'il l'aime et j'aime faire ce transfert sur la relation de Rey et Eric. Je ne cesse de me dire que je n'avais jamais vraiment vu ça dans un film. Je la voyais un peu comme une histoire d'amour. Il y avait des scènes où je tentais de flirter avec Guy.


La suite après la coupure / English version after the cut



A t-il été réceptif à vos avances?
Il ne le remarquait pas. Ni David d'ailleurs. A mi-tournage, j'ai dit 'Tu sais que je joue ça comme si c'était une histoire d'amour?'. Dans une scène où il me donnait un coup de pied, j'ai tenté de mettre ma main derrière son short. Cette scène a été coupée au montage."

Rey a des mimiques vocales et physiques bien distinctes. Ça venait de vous ou est ce quelque chose que David vous a demandé d'adopter?
Je l'ai fait avant d'une certaine façon. C'est un petit peu basé sur mon cousin et aussi tout simplement sur le manque de confiance en soi. Rey a passé toute sa vie à tenter de se cacher, même de se recroqueviller sur lui même. Il ne veut pas que les gens l'entendent. J'ai imaginé ces petits chiens agaçants que les gens ne cessent de repousser toute leur vie. Il continue de courir après ces gens. Il ne s'est absolument pas endurci. Il reste ce gamin mou qui est mal coordonné.

J'ai lu que Guy Pearce avait dit que l'atmosphère était vraiment lourde sur le plateau.
Vraiment?

Ce ne fut pas votre expérience?
Non. Je trouvais ça vraiment marrant. C'était tellement détendu. Incarner un rôle comme celui ci où il n'y a aucun paramètres. Vous arrivez et vous n'avez aucune idée de ce que vous allez faire jour après jour. Vous pouvez être détendu.

Donc vous vous êtes amusé dans cette vision post-apocalypse du futur?
C'était vraiment marrant. Rien que d'être au milieu de nulle part. L'équipe de tournage résidait au même endroit que les acteurs. Vous n'avez jamais ça d'habitude. En tant qu'acteur, vous allez dans des villes inconnues où tout le monde vit sur place donc ils rentrent chez eux et vous, vous rentrez à l'hôtel et c'est triste à mourir. Mais là j'ai pu traîner avec tout le monde. C'était génial. J'ai passé un moment vraiment super.

Où se situe t-il en terme de plaisir sur l'échelle de tous vos films?
Très très proche du haut de l'échelle.

Qu'est ce qui est au dessus?
Sans doute le 1er film que j'ai fait. Avoir 16 ou 17 ans. Ils vous donnent votre propre appartement etc... Tourner à Cape Town. C'est probablement pour ça que je continue ce métier. C'est ridicule. Comment tout cela est arrivé?

Comment avez vous vécu cette expérience, le cirque médiatique auquel vous devez jouer va t-il de paire avec le fait d'être acteur?
C'est tellement bizarre. Je suis tellement déconnecté de tout ça. C'est vraiment étrange. Surtout ici à Cannes car j'ai toujours la gueule de bois. C'était l'avant première de Maps to the Stars la nuit dernière et nous avons fait une after-party. Je ne cesse d'oublier que je travaille le lendemain. Hier j'ai passé toute la journée à faire des interviews et je ne me souviens pas d'un seul mot que j'ai prononcé. Je commence à paniquer à la fin des phrases, ‘Je ne me souviens pas des mots.’

Ça doit être étrange d'avoir cette attente en face de vous de devoir toujours dire des choses sensées à n'importe quel moment de la journée.
Je sais! A la conférence de presse de Maps to the Stars tout le monde s'exprimait tellement bien. Et j'étais [il fait des bruit] les style De Niro en interview. Je n'arrive pas à réfléchir suffisamment vite. Je dois planifier mes réponses. C'est incroyable à quel point la plupart des acteurs s'expriment bien. Evan [Bird] a 13 ans et je me dis ‘Comment arrives tu à donner des réponses? C'est ta toute première interview!’

Peut être que la nouveauté dans le métier aide.
Je prenais beaucoup de plaisir au début avec les interviews. Je n'avais pas pris conscience que des gens allaient les lire. Alors je n'y voyais aucune responsabilité. Vous essayez tout simplement de dire des choses amusantes. Et vous vous rendez compte que les gens se souviennent de ce que vous avez dit et que c'est écrit noir sur blanc et ils vous posent des questions à ce propos quelque temps après et vous commencez à vous fermer.
Vous ne voulez pas que les gens sachent qui vous êtes. C'est la pire chose qui puisse arriver à un acteur. Ce n'est même pas le fait qu'ils sachent qui vous êtes. C'est les gens qui se font une idée de qui vous êtes. Quand j'ai débuté, j'ai eu des tas de problèmes avec les gens qui pensait : 'Oh ce n'est qu'un gamin qui vient d'une école privée anglaise'. Personne ne voulait me mettre dans une autre catégorie  à cause de ça. Maintenant les gens ne pensent même plus que je suis anglais. C'est le bagage Twilight. Je sors tout juste de ça après avoir été pendant 4 ans un personnage publique."

Vous avez fait du bon boulot à renverser les idées pré-conçues à votre sujet. Je regardais les films que vous avez en projet, et Werner Herzog est dans la liste. Travaille t-il de cette façon extraordinairement monocorde?
Oui, c'est ridicule. Il est tellement marrant, et c'est dingue parce qu'il a écrit le script et c'est un des scripts les plus difficiles que j'ai jamais lu. je n'ai qu'un petit rôle. Je me souviens de ma première scène avec Nicole Kidman (qui joue Gertrude Bell), c'est à propos de la situation politique en Turquie. Werner est arrivé et a dit: 'Cette réplique est une blague. Dis la comme si c'était une blague'. Et je lui ai dit : 'Quoi? De quoi tu parles? ' et il est parti en disant : 'C'est marrant. C'est marrant'. Nicole m'a dit : 'Bonne chance'. Mais Werner est génial. Il est exactement ce à quoi vous vous attendez. Il a tellement d'histoires incroyables. Sur tous les sujets, il a une histoire personnelle a raconter.

Il a aussi cette constante prise de conscience existentielle qui est assez apaisante. Je ne sais pas si vous avez trouvé ça apaisant
Et il a aussi une incroyable confiance. Je pense que c'est de là que vient sa créativité. Il croit à 100% en lui, un petit peu comme David Cronenberg. Donc vous n'hésitez pas à dire: 'Oui je vais faire tout ce que tu veux'.

Qu'avez vous du faire pour passer d'une route à grande vitesse de blockbusters à une route secondaire de films indépendants?
Ça m'a pris pas mal de temps. Cosmopolis a vraiment tout changé. Je suis en train de me récréer mon armoire à DVD de quand j'avais 17 ans. J'ai ma liste de 20 réalisateurs

Dites moi.
J'en ai barré 9 entre cette année et l'année dernière. Qui d'autre je veux avoir? Paul Thomas Anderson car tout le monde l'a. Jacques Audiard, Alfonso Cuaron. Je veux faire un film de Godard. Cette année, je vais travailler avec Harmory Korine et aussi James Gray, Olivier Assayas et James Marsh.

Vous avez dû travailler vos vocalises pour The Rover. Allez vous sortir votre version de ‘Pretty Girl Rock’?
Je n'avais jamais entendu cette chanson avant que David me la fasse écouter. J'adore le fait que Rey connaisse toutes les paroles de cette chanson. C'est vraiment une chose très embarrassante que d'être assis à  l'écouter à en boucle. Je suis vraiment très mauvais pour retenir les paroles de chansons alors je me la repassais sans cesse dans ma chambre d'hôtel. Elle est vraiment très entrainante, alors oui, je vais sortir une reprise.

Quel rôle la musique joue t-elle dans votre vie?
Beaucoup moins qu'avant. J'ai eu une petite période de stagnation avec la musique et je ne sais pas pourquoi. J'ai découvert quelques nouveautés récemment mais c'est bizarre comme vous pouvez arrêter d'écouter de la musique parfois. Je ne sais pas. J'essaie de m'y remettre en c emoment. Avant j'avais l'habitude de toujours écouter de la musique quand j'étais sur un plateau de tournage et je l'utilisais pour m'inspirer et je ne le fais plus du tout en ce moment. Je ne fais qu'écouter du rap constamment

Qu'est ce que vous aimez dans les films?
Quand je me suis rendu compte pour la première fois que que je voulais vraiment m'impliquer dans l'industrie du cinéma, je me souviens, et c'est une réponse très vague et je ne sais pas ce que je vous raconte vraiment, mais je me souviens avoir regardé 'Vol au dessus d'un nid de coucou' et j'ai voulu être ce personnage après. Être inspiré. Prétendre être quelque chose d'autre vous donne de la  confiance, même si c'est une fausse confiance et que ça ne dure qu'une seconde. Je pense que ça reste en vous après ça. Je me souviens avoir vu ce film et 'Orange Mécanique' et ils m'ont tous les deux fait le même effet. J'étais extrêmement timide quand j'étais enfant. C'est ce film qui pour des raisons étranges m'a fait me déguiser pour ressembler à Randle McMurphy. Je pense que ce sont des outils d'éducations parmi les meilleurs. Oh non, j'ai vraiment la gueule de bois...
Traduction TheRpattzClub et Pattinson Art Work

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

From Little White Lies:
The chiselled Brit teen idol tells LWLies about his work on The Rover and his swift transformation into an actor who's always up for a challenge.

Robert Pattinson’s star power still burns across the globe but all he wants to do with it is make interesting art house movies. David Michôd’s The Rover fits that bill. Pattinson stars opposite Guy Pearce as a splash of humanity in a violent vision of post-apocalyptic Australia. We spoke to him at the Cannes Film Festival, where he also had David Cronenberg's Maps To the Stars on the docket.

LWLies: David Michôd has said that there’s a very angry man – aka him – at the heart of The Rover. What emotions did you draw from for it and what emotions do you think it conjures?
Pattinson: It definitely conjures a lot of dread and anxiety but it was the character I was reading from. Also the first thing I connected to was purely a stylistic thing. Clean writing and also having it so stark. It was so original, even the way it looked on the page.

What did you find interesting about Rey when he first came into your life?
I thought it was quite interesting to read something where you actually can’t tell if the guy’s mentally handicapped or not. I asked David at the beginning in the auditions whether he was or not and he was like, ‘I don’t know. Maybe’ and then we established that he was someone who has just been really severely bullied or someone that has been told that he’s mentally handicapped his whole life but it’s more to do with confidence. He’s really shy and people around him, his family, are really rough and have been slapping him around his whole life and so he’s decided that he can’t be his own person. He’s never even attempted to think for himself or speak for himself or anything. It was interesting, the only time when he is his own person is when a horrible man forces him into it.
He goes from being the only peaceful person left alive to not being that anymore.
I don’t think he even really knows what’s happening. I think you can force anyone to be anything. Eric is trying to make Rey more like him. I guess Rey sort of does become just like Eric in the end. He’s been forced to be someone who he’s not, even though it’s out of his comfort zone. He is better. He can stand up for himself a little more but it’s in this totally backward and weird way that’s completely pointless. And I think Eric looks at what he’s done. He’s created a monster and can see himself for this first time and it makes him reflect.

With Rey I was always interested in that dynamic where a husband is beating up their wife and the wife keeps coming back all the time and the worse the husband is the more the woman thinks he loves her and I like transferring that to the relationship of Rey and Eric slightly. I kept thinking that I hadn’t really seen that in a movie. I was kind of looking at it as a love story. There were scenes where I was trying to flirt with Guy.

Was he receptive to your advances?
He had no idea. Neither did David. I said half-way through, ‘You know I’m playing this as a love story.’ In one scene when he was kicking me I tried to put my hand up the back of his shorts. It was cut out of the movie.

Rey has a lot of distinctive vocal and physical traits. Did they come from you or were they something David told you to adopt?
I kind of did it before. It’s a little bit based on my cousin and also just extreme discomfort in yourself. Rey’s spent his whole life trying to hide, even inside himself and in how he’s speaking. He doesn’t want anyone to really hear him. I imagine those little slightly annoying dogs that people have spent their whole lives kicking away. And he just keeps flopping around chasing after people. He hasn’t toughed up at all. He’s just this floppy, malco-ordinated kid.

I read that Guy Pearce said it was a very heavy atmosphere on set.
Really?

Was that not your experience?
No, I thought it was really fun. It was so relaxed. Playing a part like that there are no parometers to it. You just turn up and have no idea what you’re doing every day. You can be loose.

So you had fun in a post-apocalyptic vision of the future?
It was really fun. Just being out in the middle of nowhere. Also the crew was all staying in the same place and you never normally get that. As an actor, you usually go to an unfamiliar city but then everyone else lives in the city so they go home and you just go back to your hotel and it’s lame but this meant I was able to hang out with everyone else. It was amazing. It was really fun. I had such a good time.

Where does it rank in the fun movie shoots of your life scale?
Very, very close to the top.

What’s above it?
Probably the first movie I ever did. Being 16 or 17. They give you your own apartment and stuff. Shooting in Cape Town. It’s probably why I’m still acting. It’s ridiculous. How did this happen?

How do you find this experience, the media circus that you have to perform in that goes along with being an actor?
It’s so weird. I have such a disconnect. It’s really strange. Especially here in Cannes because I’m always so hungover. It was the Maps to the Stars premiere last night and we went to the after-party. I keep forgetting I have to work. Yesterday I did a whole day of interviews and I literally can’t remember a single thing I said. I start panicking at the end of sentences and thinking, ‘I can’t remember words.’

It must be weird having the expectation that you must make sense at any given moment in time.
I know! At the Maps to the Stars press conference everyone was so articulate. And I was like [makes noises] the De Niro style of doing interviews. I can’t think quickly enough. I need to plan my answers. It’s amazing how articulate most actors are. Evan [Bird] is like 13 and I’m thinking, ‘How are you answering? This is your first ever interview!’

Maybe that freshness helps.
I find that with interviews I did have a lot of fun at the beginning because I didn’t realise that anyone actually read them. So there’s no responsibility whatsoever. You’re basically trying to tell jokes and then you realise that people remember and it’s written down and they ask you about it after and then you start to close down.

Also you don’t really want people to know who you are. It’s just the worst thing that can happen for an actor. It’s not even about them knowing who you are. It’s just saying enough stuff to make people think you’re a certain kind of thing. When I first started I had so many problems with people thinking, ‘Oh he’s just a private school English kid.’ No one wanted to put me in different parts because of that. Now people don’t even think I’m English anymore and that’s the Twilight baggage and I’m just coming out of that now. But it’s weird. It’s funny how things change. It’s like four years of having one public persona.

You’ve done a pretty good job of turning around perceptions. I was looking at what you’ve got coming out, and Werner Herzog was there. Does he direct in that extraordinary monotone?
Yes, it’s ridiculous. He’s so funny it’s insane because he wrote the script as well and it’s one of the most difficult scripts. It’s only a small part. I remember my first scene with Nicole Kidman and it’s something about the political situation in Turkey and then Werner comes up and he says, ‘This line is a joke! Say it as a joke! And I was like, 'What?? What are you talking about?' And then he just walks off and says, ‘It’s funny, it’s funny.’ Nicole said, ‘Good luck’. But Werner’s great. He’s exactly what you’d expect. He’s got so many amazing stories. On every single story he’s got an insider story.

He’s also got this constant existential awareness that’s quite soothing. I don’t know if you find it soothing?
He’s got this insane confidence as well. I think that’s where it all comes from. He’s got 100 percent belief in himself. It’s a little bit like Cronenberg so you feel fine to say, ‘Yes, I’ll just do whatever you say’

What did it require of you to manoeuvre from the blockbuster super-highway to the arthouse sidepath?
It just took quite a long time. Cosmopolis really changed everything. I’m basically just trying to recreate my DVD shelf from when I was 17. I’ve got my list of 20 directors.

Hit me.
I’ve crossed off like nine just over the last few years! Who else did I wanna get? Paul Thomas Anderson because everybody does, Jacques Audiard. Alfonso Cuarón I want to do a Godard movie. I’m doing Harmony Korine, James Gray, Olivier Assayas and James Marsh.

You got to exercise your singing muscles in The Rover. Will you be releasing your version of ‘Pretty Girl Rock’?
I’d never heard that song before David played it. I love that Rey would know all the words to that song. One of the more embarrassing things to do is to sit there and listen to it constantly. I’m so bad at remembering lyrics so I just had it playing constantly in my hotel room. It’s so catchy as well. But yeah. I’m definitely going to be releasing a cover version.

What role does music play for you in your life?
Not as much as it used to. I’ve got into a little bit of stagnation with music and I don’t know why. I’ve found a few different people recently but it’s weird how you can just stop listening to music sometimes. I don’t know. I’m trying to get back into it again now. I used to always listen to music when I was on set and use it for inspiration and I just don’t really. I just listen to rap all the time.

What do you love about movies?
When I first realised I really wanted to be involved in the industry I remembered and this is a very, very vague answer and I don’t even know what I’m saying, I remember watching One Flew Over The Cuckoo’s Nest and for some reason wanting to be that character afterwards. Being inspired. Pretending to be something else gives you confidence, even if it’s a false confidence for a second but I think it stays with you afterwards. I remember watching that and watching A Clockwork Orange and they both did the same thing. I was extremely shy when I was a kid. It was that movie that for some bizarre reason had me dressing up as Randle McMurphy. They’re the best mass education tools as well. Oh no, I’m too hungover…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...