lundi 2 juin 2014

'The Rover': Great Interview of Robert Pattinson with Total Film: "I've Never Worked so Hard for an Audition, I was Obsessed"

'The Rover': Très Bonne Interview de Robert Pattinson avec Total Film: "Je n'ai Jamais Travaillé si Dur pour une Audition, J'étais Obsédé"



Cliquez pour lire: / Click to read:

image host image host


Source scans: The Rover Film

Traduction après la coupure / Transcript after the cut




Traduction des parties concernant Rob: (Traduction par Le RpattzClub)

Voici ce que David Michôd dit au sujet de son film:

"J'étais conscient au moment où on a envisagé cette idée que des comparaisons avec Mad Max seraient faites. Mad Max est un film vraiment très important dans l'histoire du cinéma Australien, alors dès qu'il y a des voitures dans un désert ... Mais je n'ai sincèrement pas pensé à Mad Max après avoir eu l'idée initiale. Je pouvais visualiser le film que je souhaitais faire. Je savais que ce serait plus cru, plus brutal et bien plus émotionnel. J'ai enlevé beaucoup d'action et ensuite, j'espère, j'ai laissé couler des choses qui étaient vraiment très importantes à mes yeux, à savoir la brutalité du monde et l'étrange connexion qui se forme entre ces personnages tellement improbables. J'ai ôté beaucoup d'action car je ne voulais pas les tourner. Tourner des scènes d'action est tellement ennuyeux. Une journée normale, quand vous tournez du drame et que vous travaillez dur et vite, vous pouvez faire entre 15 et 20 préparations de scènes. Dès que vous tournez de l'action, vous en faites 4, si vous avez de la chance, et vous hurlez sur des gens avec des talkies walkies. Je ne veux pas en voir non plus. Ce que j'aime dans le cinéma ce sont de belles performances. Animal Kingdom était une interaction complexe entre des personnages et des relations. Cette fois ci, je voulais vraiment faire quelque chose qui avait plus de profondeur et plus élémentaire. Je ne voulais pas que ça devienne un film post apocalyptique de base. Je voulais vraiment que ça devienne un produit proche du monde d'aujourd'hui, de l'avidité occidentale, qui refuse de s'engager sur le problème du réchauffement climatique ou les autres trucs du même genre. Un peu comme une économie occidentale qui a eu sa classe moyenne complétement éviscérée, vous avez un grand nombre de riches qui contrôlent les richesses et les ressources et une énorme classe inférieure qui doit se saigner. Les personnages de The Rover sont cette classe inférieure, des gens désespérés qui font de mauvaises choses" 

Quant à Guy Pearce, voici ses propos:

"Quand David m'a dit qu'il l'avait écrit pour moi, je me suis dis 'Oui bien sûr'. C'est marrant quand quelqu'un vous dit qu'il a écrit quelque chose pour vous car vous vous dites alors 'Oh mon dieu et si je n'aime pas?'. Je suppose que vous vous demandez pourquoi ils vous veulent vous. Le côté cynique en vous vous fait dire 'vous me voulez uniquement pour obtenir des fonds ou parce que vous n'avez personne d'autre' mais ça semble stupide dans votre tête. Puis vous laissez tomber ces pensées et vous commencez votre conversation avec lui, sur ce qu'il veut et si vous vous sentez de livrer cette performance. Je me demandais simplement si c'était un homme d'intégrité ou pas. Il s'agissait de voir en quoi il était différent avant par rapport à aujourd'hui. Et j'ai imaginé qu'il était assez différent. Vous voyez, il devait déjà être un homme qui s'exprimait peu mais j'imagine qu'il avait de l'humour et des scrupules au moins. Et par le biais de l'effondrement du paysage et du monde autour de lui, sa foi a commencé à faillir. Il est à deux doigts d'en finir avec la vie quand on le rencontre dans la scène d'ouverture. Il faisait chaud et la chaleur était écrasante mais ce n'était pas physiquement épuisant. Comme pour tout rôle, ça devient écrasant si vous n'avez pas l'inspiration et si vous vous traînez hors du lit tous les matins. Nous faisions des trucs fabuleux et intéressants jour après jour. Dans ce monde civilisé dans lequel nous vivons et agissons, nous sommes charmants les uns avec les autres et nous nous soutenons mutuellement. Et bien tout cela peut être très rapidement et facilement brisé et c'est ce qui intéresse David. Il a situé son film dans un futur proche mais vous regardez certains pays dans le monde et les gens vivent de cette façon, à un niveau de survie. C'est brutal. Et ce n'est pas très éloigné de nous. Si une série de choses tournaient mal, nous pourrions nous retrouver dans les rues, avec des flingues dans les mains." 

Enfin, voici les propos de Rob:

"Je n'ai jamais travaillé aussi dur pour une audition. Je répétais mes répliques 12 heures par jour, pendant 2 semaines, j'étais obsédé. Rey est timide, brisé et lent d'esprit, il s'exprime difficilement avec un accent sud-américain; lui et son frère sont venus en Australie pour essayer de travailler dans les exploitations minières. Michod a donné toute liberté à Pattinson concernant le rôle de Rey, l’interpréter comme il le souhaitait et lui créer sa propre histoire. Je me disais que Rey n'était absolument pas handicapé mental mais plutôt quelqu'un à qui on a dit toute sa vie qu'il l'était. Il s'agit plus d'une question de confiance en soi. Il a grandi avec des gens durs autour de lui. Les gens ne cessaient de lui dire de la fermer et ils le frappaient continuellement. A la fin, vous en arrivez au point où vous n'avez plus aucune personnalité. Vous ne faites que ce que les gens vous disent de faire. Ça arrive aux gens qui sont martyrisés. Donc quand Eric lui pose des questions, c'est véritablement la première fois qu'il doit faire face à ce genre de situation. C'est pour cela qu'il aime Eric même si c'est un peu un connard. J'ai aimé tourné sous cette chaleur. Si vous voulez jouer quelqu'un qui n'est pas crade et dégoutant constamment dans ces conditions – avec par ex quelques-un qui vous essuie sans cesse votre sueur - et bien ça aurait été vraiment ennuyeux. Mais quand vous l'accepter et vous vautrez dedans, c'est assez sympa. Nous avions tous les deux des coups de soleils et on ne ressemblait à rien. Il n'y avait rien à manger là bas donc je mangeais des tartines de pain avec de la sauce barbecue dessus pendant 6 semaines. Vous devenez sacrément fou."


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Transcript of parts about Rob: (Via RPlife)



Michôd had never seen the Twilight movies, and though he knew of Pattinson's clout when he agreed to meet with the star, he expected a chilsel-cheeked airhead who he'd swiftly reject. Only he liked Pattinson, dug his attitude, aspirations and taste in cinema, and offered him the chance to audition. Yes, audition.

I’ve never worked so hard for an audition,” whistles Pattinson, who makes for a surprisingly shy and goofy presence, dressed down in a flannel shirt. “I was running lines 12 hours a day, for two weeks. I was obsessed.” Rey is timid, damaged and slow-witted, drawling his words in southern American accent; he and his brother have come to Australia to try and take advantage of mining opportunities. Pattinson, upon lading the role, was given free reign by Michôd to play Rey as he wished and create his own backstory.

I thought he wasn’t mentally handicapped at all, but was someone who had been told he was his whole life,” he explains. “It’s more about confidence. He grew up with rough people around him. People kept telling him to shut up and they beat him up all the time – eventually you get to the point where you don’t have a personality at all. You only do what people tell you. It happens to people who are bullied. So when Eric asks him questions, it's literally the first time he’s ever had to deal with the situation. That’s why he likes Eric even though he’s a bit of an asshole.

Eric’s questions, mind you, are mostly of the ‘where’s your no-good brother so I can kick his skinny ass’ variety. That said, a mutual trust develops between the pair, even if Michôd is at pains to not go down the Hollywood route of buddy bonding. Both Pearce and Pattinson impress in their roles, and it was their dynamic that was of the most importance to Michôd.



(…)


It was a tough shoot, with temperatures of 122 degrees, but Pattinson and Pearce were not complaining. “I kind of liked it!” laughs Pattinson. “If you were trying to play someone who wasn’t filthy and disgusting all the time, then it would have been annoying - having someone constantly get rid of your sweat or something. But when you wallow around in it, it’s kind of nice! We both got sunburned and looked like shit. There wasn’t anything to eat out there, so I’d been eating slices of bread with BBQ sauce on for six weeks. You turn into a fucking lunatic.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...