jeudi 26 juin 2014

Rob's Interview with The Boston Globe. He Talks about 'The Rover' Reviews, his Fans, Fashion and about David Cronenberg

Interview de Rob avec The Boston Globe. Il parle des Critiques de 'The Rover', de ses Fans, de Mode et de David Cronenberg



Via The Boston Globe:
Robert Pattinson interprète l’acolyte d'infortune de Guy Pearce dans 'The Rover'
Robert Pattinson est littéralement  un homme métamorphosé dans le dernier drame de David Michod 'The Rover'. Adieu sa parfaite dentition à la 'Twilight' et ses cheveux indisciplinés qui ont permis à  la franchise sur le vampire adolescent de faire des milliards au box office. Fini le regard pensif de la vedette masculine qui évoluait dans 'Water For Elephants' et qui a réussi à donner une grande intensité à l’adaptation du livre sombre de Don Delillo, 'Cosmopolis' adapté par David Cronenberg.
(...)
Ce rôle, qui apporte une note humoristique particulière au film, a permis à Pattinson de remporter les honneurs lors du Festival du Film de Cannes. Près de 2 ans après la fin de la saga Twilight, l'acteur de 28 ans a eu un entretien téléphonique avec 'The Globe' pour parler de 'The Rover', et ce quelques heures seulement avant l'avant-première de Los Angeles.

Q : J'ai passé la journée à lire des critiques vous concernant dans ce film. Ils utilisent des expressions telles que "indiscutable talent."
A : Waouh.

Q : Lisez vous les critiques ?
A : Oh, oui, tout à fait, mais je ne me souviens que des mauvaises.

Q : Avez-vous toujours lu les critiques ? Même durant les années "Twilight" ?
A : Je ne peux pas m'en empêcher. J'étais assis tout à l'heure, en train de les lire et tout le monde était là :  "Arrête. Tu dois continuer à parler à la presse toute la journée."

Q : Vous avez dû adorer toutes ces critiques sur The Rover. Les gens continuent d'utiliser le mot "transformation".
A : Je ne pouvais pas espérer mieux. J'avais déjà accepté le fait qu'il ne serait pas bien reçu et que tout le monde le détesterait, donc tout ce qui arrive n'est que du bonus.

Q : Comment vous êtes vous retrouvé dans ce film ? J'ai lu une interview de votre réalisateur Michôd où il parlait de votre rencontre. Je me demandais lequel d'entre vous avait tout fait pour séduire l'autre ?
A : Je l'ai rencontré avant d'avoir le scénario. J'ai tellement adoré "Animal Kingdom". J'aime le cinéma assez agressif. Il semble très ambitieux, ce qui est très différent. Quand j'ai enfin eu le scénario, j'ai trouvé que c'était un des 5 meilleurs scénarios que j'avais pu lire depuis le début de ma carrière.

La suite après la coupure / English version after the cut



Q : A quel moment à-t-il été décidé que vous alliez avoir un accent marqué dans le film ?
A : C'était dit dans une petite description du personnage, qu'il venait du Sud et c'était l'une des seules choses qui étaient dites sur lui. En fait, les accents du sud sont assez marrants à faire, ça vous donne envie de dire les dialogues à voix haute. En général, vous commencez par analyser le personnage, et après ça, c'était immédiat - vous voulez l'interpréter.

Q : Vous semblez maitriser cet accent.
A : Pour une raison qui m'échappe, j'ai une assez bonne oreille avec les accents locaux américains, j'y suis habitué. Je peux faire les accents locaux américains bien mieux que les accents anglais. Je ne sais pas pourquoi. Je pense que c'est parce que j'ai grandi avec des films américains - et aussi grâce aux chansons. J'ai grandi en écoutant beaucoup de blues et ce genre de choses. C'est le même genre d'intonation.

Q : Je voudrais parler de votre garde-robe dans ce film - et des dents. Vous avez l'air incroyablement sale.
A : C'est important pour moi, tous les costumes et tout, surtout les chaussures et les accessoires. Et ce même si la garde-robe est assez basique, comme le jean, nous avons essayé des centaines de jeans à 5 dollars avant de trouver le bon.

Q : Etiez-vous autorisés à vous doucher durant le tournage ?
A : Oui, mais ça ne faisait pas de différence. Dès qu'on se réveillait on était  déjà en sueur. [The Rover a été tourné en Australie.] C'est assez pratique car vous n'avez pas besoin d'avoir de retouche maquillage toutes les deux secondes. Vous êtes simplement recouvert de sang et de crasse.

Q : Je me demandais ce qui avait été le plus difficile - être dans ce genre de tenue ou jouer dans "Cosmopolis", où vous arborez un look parfait tout au long du film.
A : Les deux je pense. Je me souviens de mes réveils durant le tournage de "Cosmopolis,", mes cheveux étaient toujours mal coiffés. Ce look dans The Rover est pratique car vous pouvez vous asseoir dans un gros tas de boue et tout simplement vous amuser.

Q : En parlant de Cosmopolis, David Cronenberg a été à l'honneur du Festival du film de Provincetown ce weekend. Cela fait à présent deux fois que vous travaillez avec lui, dans "Cosmopolis et "Maps To The Stars". Si je devais l'interviewer, que devrais je lui demander?
A : Je vous dirais de trouver une question au hasard sur la situation politique en Afrique ou quelque chose dans ce genre et il vous étonnerait par sa connaissance encyclopédique. Ou alors sur la philosophie tchécoslovaque au 15ème siècle. Il dirait, "Oh, en fait..."

Q : D'après Internet, vous êtes en lice pour jouer Indiana Jones. Est-ce juste une rumeur à Hollywood ou est-ce une véritable info?
A : Non, toute cette histoire a été inventée. C'est ce qu'on appelle de la psychologie inversée. Ils disent "Oh, écrivons un article sur le fait qu'on soit contents qu'il ai été choisi pour le rôle d'Indiana Jones et puis, tout le monde dira à quel point ils le détestent et que c'est une mauvaise idée."

Q : La grande avant-première pour "The Rover" à lieu ce soir. Est-ce que vos fans de Twilight continuent de camper pour vous voir ?
A : Ils ont toujours soutenu tous les films que j'ai fais, ils ont toujours crée des sites internet sur les différents films. Je pense que toutes les personnes avec lesquelles j'ai travaillé sont surprises parce que mes fans sont très prévenants avec moi. C'est assez génial et aussi un peu choquant. Ouais, je suis curieux de voir comment les gens vont accueillir celui-ci.

Q : Vous avez dit aimé les réalisateurs ambitieux. Quelle est votre prochaine étape ambitieuse ?
A : Je continue d'être vraiment chanceux. Je vais faire 'Idol's Eye' en Octobre avec Olivier Assayas et Robert De Niro, ce qui est assez insensé. J'ai rencontré Olivier il y a deux ans et il m'a parlé de ce scénario. C'est dingue et je suis tellement excité par ce film. Les projets semblent continuer à me tomber dessus au bon moment.

Q : Avez-vous le temps de lire des livres - ou seulement des scénarios ?
A : Je viens de lire l'autobiographie d'Andre Agassi, que j'ai trouvé incroyable. J'ai trouvé ça tellement génial. J'ai lu ce livre de Steven Pinker qui s'appelle "Comment l'esprit fonctionne", qui est un des meilleurs livres que j'ai lu depuis longtemps. C'est sur la psychologie évolutionniste. Je n'ai rien compris [rires].

Je dois vous demander: qu'allez-vous porter pour l'avant-première de ce soir. C'est ce que je suis censé vous demander non?
A :  Je suis entrain de regarder l'étiquette du costume en ce moment même, je dois faire des retouches car je suis gros en ce moment. C'est du Alexander McQueen.


Traduction Pattinson Art Work


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Robert Pattinson plays Guy Pearce’s troubled sidekick in “The Rover.”
Robert Pattinson is a changed man, literally, in David Michôd’s latest drama, “The Rsurover.” Gone are his perfect “Twilight” teeth and the floppy hair that helped the teen vampire franchise make billions at the box office. Gone is the brooding, leading-man stare that made its way into “Water for Elephants” and gave star power to David Cronenberg’s adaptation of Don DeLillo’s bleak “Cosmopolis.”
(...)
The role, which adds moments of strange comic relief to the film, won Pattinson big accolades at the Cannes Film Festival. The actor, 28 and almost two years past “The Twilight Saga,” called the Globe to talk about “The Rover” hours before it had its Los Angeles premiere.

Q. I spent the day reading reviews of you in this movie. They use phrases like “inarguable skill.”
A. Wow.

Q. Do you read reviews?
A. Oh, yeah, definitely, but I only remember the bad ones.

Q. Have you always read reviews? Even during the “Twilight” years?
A. I never learn my lesson. I was sitting around earlier reading them and everyone’s like, “Stop it. You’ve got to keep doing press all day.”

Q. You must be loving all these “Rover” reviews. People keep using the word “transformative.”
A. It’s really the best I could have hoped to have happened. I’d already come to terms with it being completely not received well and everyone hating it, so everything is a bonus. 

Q. How did you wind up in this film? I read an interview with your director [Michôd] where he talked about having a meeting with you. I was wondering which one of you was wooing the other.
A. I met him before the script was even around. I loved “Animal Kingdom” so much. I like quite aggressive filmmaking. He seems very ambitious, which is very different. When this script came around, it was one of the top five scripts I’ve ever read since I started acting. 

Q. At what point was it decided that you were going to do a deep Southern accent in this film?
A24
A. It said in the tiny description of the character that he was from the South, and that was basically the only thing it said about the character. Actually, Southern accents are quite fun to do anyway; you want to start saying the lines out loud. Generally, you want to start being analytical about a part, and with this, it was just immediately — you want to perform it. 

Q. The accent seemed effortless.
A. For some reason, with regional and American accents, my ear’s quite good, it’s quite attuned to it. I can do regional American a lot better than I can do regional English. I don’t know why. I think just growing up on American movies — and from singing as well. I grew up listening to a lot of blues and stuff. It’s that kind of cadence. 

Q. I want to talk about the wardrobe in this film – and the teeth. You looked believably filthy.
A. It’s massive to me, all the costumes and everything, especially shoes and stuff. However generic the wardrobe looks, like the jeans, we’d gone through hundreds of pairs of five-dollar jeans to find the right ones. 

Q. Were you allowed to shower during this filming process?
A. Yeah, it doesn’t make any difference. The second you wake up in the morning, you’re already pouring sweat. [“The Rover” was shot in Australia.] It’s kind of nice because you don’t need to have the makeup touch-up every two seconds. You’re just covered in blood and grime. 

Q. I wondered which was more difficult — to be in this kind of costume or to be in “Cosmopolis,” where you have to look perfect throughout the film.
A. I guess both of them. I remember waking up [during the shooting of] “Cosmopolis,” and my hair was stuck in the shape constantly. This [“Rover” look] is nice because you can sit around in a big pile of mud and just enjoy yourself. 

Q. Speaking of “Cosmopolis,” David Cronenberg is being honored at the Provincetown Film Festival this weekend. You’ve now worked with him twice, in “Cosmopolis” and “Maps to the Stars.” If I get to interview him, what should I ask?
A. I would try to find the most random question about African politics or something and he’ll stun you with his encyclopedic knowledge of it. Or about 15th-century Czechoslovakian philosophy. He’ll be like, “Oh, as a matter of fact . . . ” 

Q. According to the Internet, you’re in the running to play Indiana Jones. Is that just a Hollywood rumor or the real thing?
A. No, I think this story’s just made up. It’s like a, what is it called, a reverse psychology sound board where they say, “Oh, let’s write an article about how excited we are about him being cast as Indiana Jones and then everyone will say how much they hate him and how terrible an idea it is.” 

Q. You have your big “Rover” premiere tonight. Will your “Twilight” fans still camp out to see you?
A. They’ve always been pretty supportive in every movie I’ve done; they’ve always created websites for the movie and stuff. I think everyone I work with is so stunned because they’re very proactive. That’s kind of great and always kind of shocking. Yeah, I’m curious about how people are going to interpret this one. 

Q. You talk about liking ambitious directors. What’s the next ambitious move for you?
A. I just keep getting really lucky. I’m doing [“Idol’s Eye”] in October with [French director] Olivier Assayas and Robert De Niro, which is kind of a ridiculous thing. I met Olivier two years ago and he talked about this script. It’s crazy and I’m so excited about doing it. Things just seem to keep dropping in my lap at the perfect moment. 

Q. Do you get any chance to read books — or is it all scripts now?
A. I just read the Andre Agassi autobiography, which I thought was amazing. I thought it was so great. I read this book by Steven Pinker called “How the Mind Works,” which is also one of the best books I’ve read in ages. It’s about evolutionary psychology. I didn’t understand any of it [laughing]. 

Q. I should ask what you’re wearing to the premiere tonight. Isn’t that what I’m supposed to ask?
A. Really, I’m actually staring right at it right now because I had to get it refitted because I’m a fatass at the moment. I think it’s Alexander McQueen.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...