jeudi 12 juin 2014

Robert Pattinson talks about Singing Keri Hilson in 'The Rover' and How he Chooses his Projects Post-'Twilight' with Indiewire

Robert Pattinson parle de sa Chanson sur Keri Hilson dans 'The Rover' et de sa Façon de Choisir ses Projets après 'Twilight' avec Indiewire


Via Indiewire:
Les 5 blockbusters "Twilight" ne sont pas vraiment des films dont on aime se souvenir comme la représentation de la carrière d'un acteur, mais puisqu'ils ont dit au revoir à la franchise qui a fait d'eux des super stars, Robert Pattinson et Kristen Stewart ont fait leurs preuves en tant qu’interprètes en relevant le défi de prendre des rôles qui ne seront pas aux gouts des Twihards à travers le monde.

Cela a été particulièrement évident lors du Festival du Film de Cannes cette année, où le duo a présenté ce que beaucoup considèrent comme les meilleures performances de leurs carrières respectives. Pour Stewart, c'était en tant qu'assistante d'une actrice dans le film d'Olivier Assayas 'Clouds of Sils Maria'. Pour Pattinson, c'était en tant que Rey, un américain socialement inconfortable luttant pour rester en vie dans l'Outback australien dans le sinistre second film de David Michôd après "Animal Kingdom".

Pour The Rover qui sort dans certaines salles américaines le 13 juin, Indiewire a parlé avec Pattinson de ce rôle post-apocalyptique compliqué.

David a raconté qu'il vous a passé à "l'essoreuse" durant vos trois heures d'audition pour le rôle. Qu'est ce qu'il vous a fait faire ?

Et bien, on a fait ça dans sa maison à L.A. Je ne sais pas, c'était en quelque sorte assez angoissant. J'ai toujours eu d'horribles crises d'angoisse lorsque je passe des auditions. J'essaye donc d'éviter d'en faire à tout prix. Mais j'ai tellement aimé le scénario. J'avais une idée sur la manière d’interpréter le rôle dès que je l'ai lu.

L'audition était longue. Normalement vous faites deux prises lors une audition et c'est tout. Je pense que c'est pour cette raison que je les rate toujours depuis des années... J'ai également eu un très bon acteur pour lire avec moi, ce qui a aidé. Mais ouais, je veux dire, ce n'était pas vraiment exténuant en réalité. C'était exaltant. On voyait déjà que David était génial lors de l'audition. J'aurais presque été heureux même en obtenant pas le rôle. C'était déjà une super expérience rien que de faire l'audition.

Vous avez manifestement dû lui vendre votre interprétation du personnage. Qu'est ce qui vous a spécifiquement parlé dans le rôle de Rey ?

J'aime vraiment la structure du personnage. Il n'y a que deux longues scènes de dialogue où il dévoile quelque chose sur lui, où il n'est pas sous la contrainte. Mais j'aime vraiment ces scènes de dialogue incroyablement denses qui sont remplis de sous entendus. Même le rythme et la cadence de son discours sont assez révélateurs et ça se passe dans le contexte d'une histoire sombre, dans laquelle les gens ne parlent pas vraiment lors des autres scènes. Ça vous donne simplement la possibilité de faire des tonnes de choses avec votre personnage. C'était tellement libre. Ça m'a vraiment plu.

La suite après la coupure / English version after the cut





Rey parle d'une manière très spécifique, haletante. Était-ce dans le scénario ou était-ce quelque chose que vous avez apporté au personnage ?

En quelque sorte [Rires]. Je me rappelle l'avoir lu au début...Ça ne précisait même pas de quel Etat des Etats Unis il venait. Ça disait juste le sud de l’Amérique. Je n'arrêtais pas de dire à David, "Je pense qu'il y ai des accents australiens dans le sud." La façon de parler des australiens est très saccadée et coupée. Et celle du sud est en quelque sorte chantante et généralement mélancolique. Je pense que c'est ce qui a créé l'halètement. Mais c'est juste la manière dont c'est lu de manière générale. Il y a beaucoup de répétition dans le scénario - et pour rendre la répétition intéressante, vous devez trouvez quelque chose de bizarre à faire avec ça, plutôt que de simplement vous répéter.

Ma scène préférée dans le film est presque la plus inattendue, est celle où vous vous évadez en chantant avec Keri Hilson "Pretty Girl Rock". Aviez-vous votre mot à dire dans le choix de la chanson ?

Je pense qu'à l'origine c'était la chanson des Pussycat Dolls "Don't you wish your girlfriend was hot like me?" Je me souviens avoir lu ça dans le scénario et d'avoir pensé "c'est fantastique". Puis ils ont trouvé la chanson de Keri Hilson et c'était la chanson absolument parfaite pour cette scène. En fait, je chante la chanson en entier. Je me suis dis que c'était vraiment génial.

Vous chantez la chanson avec conviction, ce que j'ai trouvé bizarrement touchant d'une certaine manière.

J'ai aimé l'idée de ce mec qui est sur le point de prendre probablement la plus grande décision de sa vie, comme un passage normal d'un film. Il est en pleine concentration mais il ne se passe rien. Je n’arrêtais pas de penser à ce qu'ils font dans "Les Simpsons", vous savez quand vous voyez ce qui se passe à l'intérieur de la tête d'Homer - le singe qui joue des cymbales [rires]. Je n'arrêtais pas de penser que c'était un peu semblable.

Le film est vraiment sombre et sans merci. On dirait que ça a été un enfer à filmer. Était-ce le cas?

Oh non, c'était un des tournages les plus fun que j'ai pu faire. Ça se produit souvent lorsque vous faites quelque chose d'incroyablement déprimant. C'était un des personnages les plus marrants à jouer aussi. J'étais tellement libre de faire presque tout ce que je voulais que je savais même plus que je travaillais. C'était passionnant. Et puis, je n'avais pas fait de film depuis un long moment avec toute l'équipe qui est présente là avec vous. C'est un environnement tellement différent quand vous travaillez comme ça. C'est comme du camping. J'ai trouvé que c'était vraiment amusant.

Vous avez travaillé avec David Cronenberg deux fois, et avez des projets à venir avec Werner Herzog et Oliver Assayas. Êtes-vous plus attiré par le réalisateur que par le personnage que vous allez jouer?

Un peu des deux. Ça dépend aussi de la taille du rôle. La plupart des rôles que je joue dans les derniers films sont des rôles secondaires. Dans le film d'Herzog j'ai simplement travaillé pendant environ 10 jours. Quand vous avez le rôle principal dans un film, il faut évidemment que vous pensiez, d'une part à si vous vous sentez capable de le faire, et d'autre part à si vous pouvez apporter quelque chose à ce personnage. Mais je pense que c'était juste ça après avoir travaillé avec Cronenberg, c'est le fait de travailler avec des réalisateurs très ambitieux et sûr d'eux. J'ai une liste de réalisateurs avec lesquels je veux travailler et pour la plupart je ferais n'importe quoi dans leur film. Mais je ne ferais pas n'importe quel film. J'y pense un peu quand même [Rires]

Traduction TheRpattzClub & Pattinson Art Work

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

From Indiewire:
The five blockbuster "Twilight" films aren't fondly remembered as an actor's showcase, but since saying goodbye to the franchise that made them into overnight superstars, both Robert Pattinson and Kristen Stewart have proved their worth as performers by taking on challenging fare not tailored for the Twihards of the world.

This was especially obvious at this year's Cannes Film Festival, where the duo were both on hand in support of what many deemed the best performances of their respective careers. For Stewart, that was as an assistant to an actress in Olivier Assayas' "Clouds of Sils Maria." For Pattinson, it was as Rey, a socially awkward American struggling to stay alive in the Australian outback in David Michôd's grim follow-up to "Animal Kingdom."

With "The Rover" opening in select theaters on June 13, Indiewire spoke with Pattinson about this challenging post-apocalyptic role.

David said he put you through the "wringer" during your three hour audition for the part. What did he make you do?

I mean, he did it at his house in LA. I don't know, it was kind of, it was slightly nerve-wracking. I always get incredible anxiety attacks when I audition. I try to avoid them at all costs. But I loved the script so much. I had an idea of how to do it as soon as I read it.

[The audition] was just long. Normally you do two takes in an audition and that's that. I think that's why I've always messed them up over the years... I also had a really good actor reading with me as well, which helps. But yeah, I mean, it wasn't like it was grueling or anything. It was quite exhilarating. You could tell that David was great even in the audition. I would have almost been happy not getting it. It was a great experience just doing the audition.

You obviously sold him on your interpretation of the character. What specifically was it about Rey that clicked with you?

I really like the structure of the character. There's basically only two long dialogue scenes where he reveals anything about himself, when he's not under total duress. But I really like having these incredibly dense dialogue scenes that are filled with subtext. Even the rhythm and the cadence of his speech reveals a lot, and it's put in the context of a sort of stark story, where people don't really speak in any other scene. It just allowed you to do tons with the character. It was so loose. That really appealed to me.
Rey speaks in a really specific halting manner. Was that all in the script, or was that something you brought to the character?

Sort of [laughs]. I remember reading it the first few times… It didn't even say which state he was from. It just said the South in America. I kept saying to David, "I think there are some Australian accents in the Southern." Australian speech is very staccato and clipped. And Southern is kind of lilting and wistful traditionally. I think that's what created the halting thing. But that's just how it read in a lot of ways. There's a lot of repetition in the script -- just to make repetition engaging, you have to figure out something weird to do with it instead of just repeating yourself.

My favorite scene in the film is also its most unexpected, when you break out into song, singing along to Keri Hilson's feel-good "Pretty Girl Rock." Did you have any say in the choice of song?

I think it was originally the Pussycat Dolls song, "Don't You Wish Your Girlfriend Was Hot Like Me?" I remember reading that in the script and thinking, "That's incredible." Then they found the Keri Hilson thing and it was the absolute perfect choice of song for it. I sing basically the whole song. I thought it was kind of genius.

You sing the track with complete conviction, which I found oddly touching in a way.

I liked the idea of this guy who's just about to make probably the biggest decision of his life, as a normal film moment. He's deep in concentration but there's nothing going on. I kept thinking about that moment in "The Simpsons," where you see what's going on inside Homer's head — the organ grinding monkey [laughs]. I kept thinking it was kind of that moment.

The film is so bleak and unforgiving. It looks like it must have been hell to shoot. Was it?

Oh, no! It was literally one of the most fun shoots I've ever done. That always seems to happen when you're doing something that's incredibly depressing. It was one of the most fun characters to play as well. You're so free to do almost anything that you don't even know what you're doing to do when you turn up to work. It was quite exciting. Also I hadn't done a movie in a long time where the whole crew is there with you. It's such a different environment when you're working like that. It's like camping. I thought it was really fun.

You've worked with David Cronenberg twice now, and have upcoming projects with Werner Herzog and Oliver Assayas. Are you drawn more to the director rather than the character you'll be playing?

It's a bit of both. It also kind of depends on the size of the part. Most of the parts I'm playing in the last few things are supporting roles. In the Herzog movie I was just working for ten days or something. When you're doing a lead in something, you obviously have to think about if you can do it, for one thing, or if you can add something to it. But I think it was just that after working with Cronenberg, it's working with really ambitious, confident filmmakers. I've got a checklist of directors I want to work with and a lot of the time I'll do anything in their movies. But it's not just kind of willy-nilly, I'll do any movie. I do think about it a little bit. [Laughs]


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...