mercredi 4 juin 2014

New Interview of Robert Pattinson with 'Direct Matin' (France)

Nouvelle Interview de Robert Pattinson avec 'Direct Matin'



Via Direct Matin:

Icône adolescente au début de sa carrière, Robert Pattinson s’est définitivement installé dans le paysage hollywoodien. Dans « The Rover » de David Michôd, il interprète un simple d’esprit obligé de collaborer avec son ennemi pour retrouver son frère dans le désert australien. Un virage contrôlé que l’acteur britannique reconnaît avoir été rendu possible grâce à sa rencontre avec David Cronenberg.

Est-ce l’univers de "The Rover" ou votre personnage qui a d’abord suscité votre intérêt?
J’ai trouvé le scénario très intéressant mais j’ai d’abord eu une connexion très forte avec mon personnage, particulièrement avec sa façon de s’exprimer. Je n’avais jamais vu un tel personnage.

A-t-il été difficile d’interpréter ce simple d’esprit?
Pas du tout, ça m’est venu naturellement!(rires) Je l’ai abordé comme un chien des rues qu’on roue de coups et qui pourtant continue de revenir auprès de son maître pour avoir un peu d’affection.
Le film imagine un monde dévasté par la folie des hommes. Pensez-vous que c’est ce vers quoi se dirige notre société ?
Cela pourrait arriver mais je suis plus optimiste que ça. J’ai davantage foi en l’humanité. Dans « The Rover », les hommes ne sont pas complètement perdus, ils ne sont pas tous devenus fous. Certains ont encore de l’espoir et essaient de faire renaître la terre. Pourtant cet effondrement économique est tout à fait envisageable.

Vous jouez coup sur coup dans deux films anti-système, "Maps to the Stars" et "The Rover", êtes-vous engagé politiquement?
Je suis plus ou moins libéral. C’est difficile d’être acteur et de ne pas être libéral d’ailleurs. Peut-être devrions-nous davantage nous préocupper des océans. Mais je ne prends pas vraiment la politique au sérieux. Quand on voit que la plupart des pays occidentaux sont sous la houlette d’une poignée de multinationales, j’ai l’impression que voter est une vaste blague.

La suite après la coupure/ Translation to come ...




De sex-symbol pour ado à acteur recherché par les plus grands réalisateurs, quel est le secret de votre reconversion?
Cela m’a pris du temps. Cela fait 4-5 ans que j’essaie de nouer des relations privilégiées avec des réalisateurs dont j’aime le travail et il s’avère que les choses se sont décantées en même temps. « Cosmopolis » a tout changé. Depuis ma rencontre avec David Cronenberg, ma carrière a pris une nouvelle tournure.

Vous étiez à Cannes avec deux films,  « The Rover » et « Maps to the Stars » de David Cronenberg.
C’est un des lieux les plus exaltants pour projeter un film. Il y règne une énergie incroyable. J’aime la presse à Cannes. Les journalistes s’intéressent véritablement aux films et ne posent pas des questions comme « quel est votre nourriture préférée ? » En France, les journalistes aiment le cinéma.

Vous venez d’achever le film de Werner Herzog sur l’espionne Gertrude Bell, « Queen of the Desert ». Quel est votre personnage ?
Je joue Lawrence d’Arabie jeune. C’était un ami très proche de Gertrude Bell pendant la Première Guerre mondiale.

Vous incarnerez aussi le photographe Dennis Stock dans « Life » d’Anton Corbijn.
Le tournage vient de se terminer. J’ai juste vu le trailer l’autre jour. Je joue cet homme qui a photographié James Dean juste avant qu’il ne devienne célèbre. James n’était qu’un inconnu à cette époque.

Quels sont vos autres projets ?
En novembre, je vais travailler avec Oliver Assayas dans un film qui s’appelle « Idol’s Eye ». C’est un film de gangster, l’histoire vraie d’un groupe de voleurs qui cambriole la boutique d’un prêteur sur gages détenu par la mafia. Ca se passe à la fin des années 1970. J’avais rencontré Olivier Assayas il y a deux ans et demi et le projet s’est concrétisé il y a seulement quelques mois.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

From Direct Matin: (Translation thanks to RPlife)
Teen icon at the beginning of his career, Robert Pattinson definitely settled himself in the Hollywood landscape. In 'The Rover' by David Michiôd, he plays a simple minded guy forced to work with his enemy to find his brother in the Australian desert. It's a controlled shift the British actor admits it was made possible thanks to his meeting with David Cronenberg. 
Was it the world of 'The Rover' or its character that sparked your interest first in the project?
I found the script really interesting but I had a really strong connection first with my character, especially the way he express himself. I had never seen a character like this before.
 
Was it difficult to play someone who's simple minded?
Not at all, it came naturally (laughs). I approached him like a beaten up street dog that would keep on going back to his master for a little bit of affection.
 
The film imagines a ruined world by men's madness. Do you think this is where we're heading with our society?
This could happen but I'm more optimistic than that. I have more faith in humanity. In 'The Rover', men aren't completely lost, they all didn't become mad. Some still have hope and try to revive the Earth. But this economic collapse is totally conceivable.
 
You play, one after the other, in two movies 'against the system': 'Maps to the Stars' and 'The Rover', are you engaged in politically?
I'm more or less liberal.It's hard to be an actor and not be liberal by the way. Maybe we should be more worried about the oceans but I don't take politics very seriously. When you see that most Western countries are under the leadership of a handful of multinational companies, it seems like voting is some kind of a joke.
 
From teens' sex symbol to an actor seeked by the biggest directors, what was the secret to your career change?
It took some time. It's been 4-5 years that I've tried to create priviledged relationships with directors whose work I've admired and it appeared that things settled at the same time. 'Cosmopolis' changed everything. Ever since my meeting with David Cronenberg, my career took a new turn.
 
You were in Cannes with two movies: 'The Rover' and 'Maps to the Stars' by David Cronenberg.
It's one of the most exhilarating places to screen a movie. There's an incredible energy that dominates over there. I like doing press at Cannes. The journalists are actually interested in the movies and don't ask you questions like
'What's your favorite food?' In France, journalists love the cinema. 
You just finished filming Werner Herzog's movie 'Queen of the Desert' about the spy, Gertrude Bell. Who do you play in it?
I play the young Lawrence of Arabia. He was a close friend of Gertrude Bell during WWI.
 
You also play the photographer, Dennis Stock in 'Life' by Anton Corbijn.
We just got done shooting. I saw the trailer the other day. I play this guy who photographed James Dean right before he became famous. James was unknown at that time.
 
What else do you have planned?
In November, I'm working with Olivier Assayas in a movie called 'Idol's Eye'. It's a gangster movie on the true story of a group of thieves who robbed a pawnbroker's shop that belonged to the mafia. It takes place in the 1970s. I met Olivier Assayas two and a half years ago but the project only came to be a few months ago.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...