lundi 9 juin 2014

Must Read! Fantastic Reviews of 'The Rover' after the Screenings and Premiere at the Sydney Film Festival - And So Much Wonderful Praises for Rob

A lire! Critiques Fantastiques de 'The Rover' après les Projections et l'Avant-Première au Festival du Film de Sydney - Et Que de Superbes Compliments pour Rob!



Via Matt's Movie Reviews: (4 étoiles- excellent)
'The Rover' de David Michôd est un voyage sombre et intense dans un monde ingrat, avec Robert Pattinson qui délivre une performance fascinante, redéfinissant sa carrière dans le processus....Le spectacle des deux hommes que sont Pearce et Pattinson est remarquable. Pearce offre une de ses prestations les plus fortes dans son portrait d'un homme blessé, marqué et endurci par un monde sans compromis, tout en usant d'un regard qui pourrait faire des trous dans les murs.Pourtant, c'est Pattinson qui fascine avec son interprétation de Rey, en prenant soin de jeter cette image d'idole pour adolescentes avec un look sordide et sale, et avec un fort accent du sud. Dépeignant un homme à la capacité mentale limitée, Pattinson est presque enfantin dans une performance teintée de craintes, d'hésitations et de divagations, qui ne tombe jamais dans la caricature, un personnage vraiment sympathique dans un monde indifférent.
Ça se
révèle être un choix de carrière post-Twilight intéressant pour Pattinson, qui choisi judicieusement des projets réalisés par des cinéastes plein l'intégrité (deux films de David Cronenberg ont précédé, et des films de Werner Herzog et Anton Corbijn viendront après).
Via SciFiNow: (4 étoiles)
Guy Pearce et Robert Pattinson sont magnifiques dans ce sombre film de course poursuite futuriste  The Rover
...
C'est une performance phénoménal de la part de Pattinson, qui évite les choix faciles et les clichés en faisant de Rey un personnage sympathique et réellement touchant. Eric est à la recherche de ce qui lui appartient, et Rey est à la recherche de sa famille. C'est cette relation qui donne à The Rover toute sa puissance. Pearce bouillonne d’une énergie désespérée et brûlante qui s'adapte admirablement aux bredouillements, et tentatives optimistes prudentes
de Pattinson. Les moments les plus touchants du film viennent quand la caméra de Michôd s'attarde sur les personnages alors qu'ils sont seuls: Pearce qui regarde une pièce pleine de chiens silencieux en cage, ou Pattinson qui chante tranquillement "Ne me détestez pas parce que je suis beau", en écoutant "Pretty Girl rock" de Keri Hilson sur l'autoradio.
...
The Rover est brutale et saisissant, et son sens profond de perte lui donne une profondeur émotionnelle imposante; ce film restera en vous longtemps après le générique de fin.
Via The L Magazine:
Il n'est pas difficile de deviner que Rey le "simple d'esprit" a quelque chose à enseigner au solitaire et distant Eric sur la valeur de la camaraderie, mais Pattinson est une assez grande révélation pour vous tenir en haleine tout au long de cette route. Parlant avec un accent du sud et luttant avec une sorte de bégaiement, l'acteur se transforme dans une performance fortement maniérée (mais sans distraire), dépeignant Rey, en état de choc, chroniquement nerveux par rapport à ses choix d'alliance.
Via Sydney Morning Herald: (3 étoiles)
Pattinson, presque méconnaissable dans ce rôle de garçon stupide venu d'Amérique du Sud, rénove son image à l'écran avec cette performance
Via 2ser:
Le film suit le personnage anonyme de Guy Pearce alors qu'il cherche à récupérer quelque chose qui lui a été enlevé. Pour la plus grosse partie de son voyage, il est coincé avec Rey, joué par Robert Pattinson sous une apparence étonnante. Leur relation est du genre périlleuse, qui switch rapidement entre menaces de mort et le fait de sauver la vie de l'un et de l'autre, à plusieurs reprises. J'ai adoré ce film. La cinématographie est magnifique, le design sonore donne le ton parfait et le jeu d'acteur est génial. Les prises de vue du désert sont à couper le souffle, et les montagnes et les villes forment un personnage tout aussi important que ceux des acteurs.
Via Director's Cut Movies:
Robert Pattinson vole la vedette avec sa performance innovante, Guy Pearce trainant maintenant trop loin derrière. Vraiment pas trop mal en tant qu'acteur Robert Pattinson, c'est juste le matériel qui a amené sa crédibilité au plus bas tel que la saga Twilight. The Rover va littéralement changer le point de vue de tout le monde sur lui. Pattinson donne l'une des meilleures performances masculine de l'année et c'est certainement sa meilleure performance à ce jour ...... Pour résumer, The Rover est un retour triomphal de David Michôd avec un scénario fantastique, une direction brillante, la cinématographie superbe, de la violence choquante et macabre et quelques-unes des meilleures performances de l'année.
Via Spotlight Report:
Dire que ce film est aussi lugubre que le terrain sur lequel il est situé serait un euphémisme. Lugubre mais beau comme l'est le monde sans pitié qui sert de contexte aux images. Il existe trois stars indéniables dans The Rover - Pearce, Pattinson et le paysage australien qui sont à égales mesures sensationnels, dangereux et inébranlables ...... Alors que Pearce semble être un homme mort à l'intérieur, la douce naïveté et la loyauté de Pattinson sont attachantes. Il a mal placé son espoir dans un monde où il n'y a pas de place pour un tel luxe. Il joue le rôle parfaitement et met en action des muscles de jeu d'acteur qui étaient précédemment endormis dans des rôles moins exigeants pour lesquels il est connu, capturant l'étonnante simplicité de son personnage.
Via Graffiti with punctuation:
Pattinson est tout simplement incroyable. Oubliez tout ce que vous avez jamais vu avec lui avant, il s'agit du genre de performance qui vous redéfinir une carrière de manière imposante. Comme Leo DiCaprio dans "Gilbert Grape", Ryan Gosling "Half Nelson" ou Al Pacino dans "un après midi de chien" - ce film est celui qui voit le jeune acteur montrer tout son potentiel. Chaque phrase bégayée et prononcée avec un accent du sud métamorphose le britannique rendu célèbre pour avoir été le plus beau des vampires scintillants jamais vu. Voir sa nature influençable absorber la philosophie sombre de notre homme sans nom (Pearce) crée un syndrome de Stockholm tragique, qui affecte également son compagnon.

Merci Robsessed pour ce compte rendu  / Traduction Pattinson Art Work

English version after the cut



¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


From Matt's Movie Reviews: (4 stars - excellent)
David Michod’s The Rover is a brooding and intense journey into a graceless world, with Robert Pattinson delivering a fascinating, career defining performance in the process.
...
The two man show of Pearce and Pattinson is outstanding. Pearce delivers one of his strongest turns in his portrayal of a man wounded, scarred and hardened by an uncompromising land, while also deploying a stare that can burn a hole through a brick wall.
Yet it’s Pattinson who fascinates with his turn as Rey, taking pains to shed that teen heartthrob image with a grubby and dirty look, complete with thick southern accent. Portraying a man of limited mental capacity, Pattinson is almost childlike in a performance sprinkled with jitters, hesitations and ramblings, yet never resulting in caricature, a wholly sympathetic character in an unsympathetic world.
It is indeed proving to be an interesting post-Twilight career for Pattinson, who is wisely choosing projects directed by filmmakers of integrity (two films by David Cronenberg proceeded this, and films by Werner Herzog and Anton Corbijn will come after).
From SciFiNow: (4 stars)
Guy Pearce and Robert Pattinson are superb in bleak near-future chase film The Rover
...
It’s a tremendous performance from Pattinson, who avoids easy choices and cliches to make Rey a sympathetic and ultimately moving figure. Eric’s looking for what’s his, and Rey is looking for family. It’s this relationship that provides The Rover with much of its power. Pearce seethes with searing, desperate energy that’s beautifully matched by Pattinson’s mumbling, cautious attempts at optimism. Some of the film’s most affecting moments come when Michôd’s camera lingers on the characters when they’re alone: Pearce staring at a room full of silent caged dogs, or Pattinson quietly singing “Don’t hate me ‘cause I’m beautiful,” along to Keri Hilson’s ‘Pretty Girl Rock’ on the car radio.
...
The Rover is brutal and gripping, and its profound sense of loss gives it impressive emotional depth; it will stay with you long after the credits roll.
It’s not hard to guess whether the “halfwit” Rey has something to teach the far-gone loner Eric about the value of fellow feeling, but Pattinson is enough of a revelation to hold you through these more straight-ahead passages. Speaking with a Southern drawl and struggling through something of a stammer, the actor turns in a heavily (but not distractingly) mannered performance, portraying Rey as shell-shocked, chronically nervous about where his allegiances should lie.
Pattinson, almost unrecognisable as a dim-witted boy from the American south, renovates his screen image with this performance
The film follows Guy Pearce's unnamed character as he seeks to get back something that was taken from him. For most of his journey he's stuck with Rey, played by Robert Pattinson in astounding form. Their relationship is an awkward one, which quickly switches between death threats and saving each others lives, more than once. I loved this film. The cinematography is stunning, the sound design sets the perfect mood and the acting is brilliant. The breathtaking shots of deserts, mountains and towns make the setting as important a character as any of the actors.
Robert Pattinson steals the show with his groundbreaking performance, Guy Pearce now trailing too far behind. Robert Pattinson's not too bad an actor, it's just the material that's bringing his credibility down such as the Twilight Saga. The Rover will literally change everybody's perspective on him. Pattinson gives one of the best male performances of the year and it's certainly his best performance to date......To sum up, The Rover is a triumphant return of David Michôd with a fantastic screenplay, brilliant direction, successful cinematography, shocking and gruesome violence and some of the best performances of the year.
To say this feature is as bleak as the terrain it is set in would be an understatement. Bleak but beautiful as is the harsh world that sets the backdrop for the picture. There are three undeniable stars of The Rover – Pearce, Pattinson and the Australian landscape that is equal measures stunning, dangerous and unyielding......Whilst Pearce appears to be dead inside, Pattinson’s sweet naivety and loyalty is endearing. He has misplaced hope in a world where there is no place for such luxuries. He plays the role perfectly and flexes acting muscles that have previously lain dormant in the less challenging roles he is known for, capturing the stunning simplicity of his character.
Pattinson is nothing short of unbelievable. Forget anything that you’ve ever seen him in before, this is a towering, career defining performance. Like Leo DiCaprio in What’s Eating Gilbert Grape, Ryan Gosling’s Half Nelson or Al Pacino’s Dog Day Afternoon – this is the one that sees the young actor nurtured to his full potential. Every single stammering unenunciated southern turn of phrase disguises the erudite Brit made famous by being the prettiest, sparkliest vampire ever. Watching his impressionable nature absorb the bleak philosophy of our man with no name (Pearce) creates a tragic Stockholm syndrome, which also affects his companion.

Thanks Robsessed for this report


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...