dimanche 25 mai 2014

'The Rover': David Michod's Interview with HitFix. He talks about Rob and Guy Pearce

'The Rover': Interview de David Michod avec HitFix. Il parle de Rob et de Guy Pearce



Via HitFix:
Michôd est arrivé sur le devant de la scène en 2010 après qu' "Animal Kingdom" soit devenu le plus gros succès étranger à Sundance de la dernière décennie. Non seulement ça a lancé la carrière de Michôd' mais ça a valu à la star Jacki Weaver sa première nomination aux Oscars et une reconnaissance méritée en dehors de l'Australie. Et diriger un acteur avec une nomination aux Oscar pour votre premier film est une chose importante. Au lieu de plonger dans un projet pour un gros studio, Michôd a retrouvé ses collègues et amis de "Kingdom" pour "The Rover," dont l'avant première a au lieu dimanche lors d'une séance de minuit à Cannes.
Se déroulant 10 après l'effondrement, le nouveau thriller se déroule dans l'arrière pays australien qui est en plein effondrement économique mondiale. Ce n'est pas "Mad Max" ou une mise e scène post apocalypse familière que vous auriez vu au théâtre ou à la télé. Sans foi ni loi, les gens survivent à peine mais il y a une structure du monde. L'histoire se focalise sur un duo improbable : Eric (Guy Pearce) et Rey (Robert Pattinson). Le premier tente de récupérer sa voiture, volée par le frère du deuxième, pour des raisons qui ne seront révélées que dans la scène finale du film. C'est un film dur et sombre, avec des interprétations épatantes et et engagées de la part des deux rôles principaux. Plus important encore, Michôd n'est pas tombé dans la facilité.

Le réalisateur de 41 ans avait travaillé avec Pearce dans "Animal Kingdom" et avec Joel Edgerton, qui a co-écrit le film et a créé Eric avec Pearce à l'esprit. Pattinson, d'un autre côté, fut une autre histoire. Michôd a fait une rencontre générale avec l'acteur avant de savoir que"The Rover" serait son 2ème film et il nous a dit qu'il l'a apprécié immédiatement

"Je l'ai trouvé vraiment charmant et j'ai adoré son énergie physique, et il était intelligent et il avait un visage merveilleusement ouvert," se souvient Michôd . "Quand est venu l'heure des auditions pour le personnage. Je savais que je voulais le voir mais je ne savais pas qu'il était capable de ça. Je pense qu'il savait que les gens ne savaient pas de quoi il était capable, donc il était très désireux de travailler et de bosser dur. Mais très rapidement quand il est venu faire ce test pour moi, j'ai pu voir son talent sur scène qu'il n'avait pas pu encore démontrer."

Ces instincts se sont révélés payants. Le travail de Pattinson est clairement le meilleur de sa carrière car il a tout fait pour que le légèrement "éteint" Rey ne soit pas simplement Pattinson jouant "Robert Pattinson" sur un grand écran. Nombreux cependant seront surpris de voir le britannique jouer un américain dans ce contexte. Il est évident qu'avoir des personnages américains apporte des bénéfices au box office, mais à coté de ça, Michôd dit qu'il est plus important que "The Rover" ait une connotation internationale.

Lire la suite après la coupure / English version after the cut



 
"J'avais le sentiment que quelques américains aideraient à la création de ce monde qui suggère un effondrement économique mondial, si tout à coup les gens allaient partout dans le monde ou faisaient ce que d'autres ont fait pendant des siècle," Michôd ajoute. "Si vous pensez aux ruées vers l'or Australienne et Américaine du 19ème siècle, il y avait des gens du monde entier, venant de Chine, d'Europe de tous les coins du monde pour aller dans les endroits les plus étranges de la terre pour tenter de gagner leur vie de manière assez désespérée."

Pearce n'obtiendra sans doute pas l'hommage qu'il mérite pour son travail dans le film mais c'est une nouvelle performance 4 étoiles à ajouter à son CV qui comprends déjà des rôles dans "L.A. Confidential," "Memento," "The Proposition," "The King's Speech," "Prometheus"et "Animal Kingdom". La concentration de Pearce est encore plus remarquable une fois que vous vous rendez compte qu'il a des mouches qui campent sur sa tête dans toutes ses scènes et qu'il ne cligne jamais des yeux.

"Il était assez heureux de les voir ramper sur son visage," dit en plaisantant Michôd, "le seul moment où il va réagir est quand elles vont sur son globe oculaire. Il les a laissé entrer dans ses narines"

Michôd sera occupé le mois prochain à faire la tournée promotionnelle de "The Rover" en Australie et aux États Unis.


Traduction par Le RpattzClub

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

From HitFix:
Michôd burst on the scene in 2010 after "Animal Kingdom" became, arguably, Sundance's greatest foreign success of the past decade. Not only did it launch Michôd's career, but it earned star Jacki Weaver her first Academy Award nomination and long=deserved recognition outside of Australia. And directing an actor to an Oscar nomination in your first film is sort of big deal. Instead of being swooped up by a major studio project, however, Michôd reunited with his "Kingdom" colleagues and friends for "The Rover," which premiered Sunday as a midnight selection in Cannes.

Set 10 years after "the fall," the new thriller is set in an Australian outback reeling from a global economic collapse. This isn't "Mad Max" or an increasingly familiar post-apocalyptic setting you've seen in theaters or on TV. Lawlessness abounds, people are barely surviving, but there is some structure to the world. The storyline centers on the unlikely pairing of Eric (Guy Pearce) and Rey (Robert Pattinson). The former is attempting to get his car back from the latter's brother for reasons that are not revealed until the final scene in the film. It's a harsh, dark film with some stellar set pieces and committed turns by both leads. More importantly, there's no sophomore slump for Michôd here.

The 41-year-old filmmaker had worked with Pearce in "Animal Kingdom" and both he and Joel Edgerton, who received a shared story-by credit, created Eric with him in mind. Pattinson, on the other hand, was a different story. Michôd had a general meeting with the actor before he "The Rover" became his follow-up and says he just immediately liked him.

"I found him really beguiling and I loved his physical energy, and he was smart and had a wonderfully open face," Michôd recalls. "When it came time to start testing for the character, I knew I wanted to see him, but yeah, I didn’t know what he was capable of. I think he knew that people didn’t know what he was capable of as well and so he was very willing to work and work hard. But very quickly when he came in to test for me I could just see this skill set that he just hasn’t been able to showcase."

Those instincts paid off. Pattinson's work is clearly the best of his career as he makes sure the slightly "off" Rey isn't just Pattinson playing the big screen "Robert Pattinson." Many audiences, however, will be surprised to find the Brit is playing an American in this setting. Obvious box office benefits to having American characters aside, Michôd says it was more important that "The Rover" felt vaguely international.

"I felt like [a few Americans] would assist in creating this world that suggested a kind of global economic meltdown, if suddenly people were just moving everywhere or doing what people had done for centuries," Michôd says. "If you think about the Australian gold and American gold rushes of the 19th Century, there were people from all over the world, people from China and Europe, every corner coming to strange corners of the planet to try and eke out a living pretty desperately."

Pearce probably won't get the credit he deserves for his work in the film, but it's another four-star performance to add to a resume that already includes excellent turns in "L.A. Confidential," "Memento," "The Proposition," "The King's Speech," "Prometheus" and the aforementioned "Animal Kingdom." Pearce's focus is most remarkable once you realize he has flies camping out all over his face in scene after scene and never blinks.

"He was quite happy to have them crawling all over his face," Michôd jokes. "The only time he’ll react is when they’re actually crawling on his eyeball. He’s had them going up his nose."

Michôd will spend the next month or so on a publicity tour for "The Rover" Down Under and across the US.

Via RPlife

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...