samedi 5 octobre 2013

New Interview of Robert Pattinson for Dior Homme in 'Sport et Style' Magazine (France) + Old Pictures in HQ

Nouvelle Interview de Robert Pattinson pour Dior Homme dans le Magazine 'Sport et Style' + Anciennes Photos en HQ


Nous avions eu un extrait de ce cette interview il y a quelques jours et nous en avons  l'intégralité aujourd'hui. Retrouvez cette interview dans le magazine 'Sport & Style' vendu avec 'l’Équipe' aujourd'hui en kiosque.

We had an excerpt of this interview a few days ago and we have now the full interview. You can find this it in 'Sport & Style' magazine (France), sold with 'l'Equipe' today.


Photos maintenant en HQ / Pictures now in HQ:

image host image host

Scans (Transcipt après la coupure) / Scans (Translation after the cut):

image host image host image host image host

Source RPLife

Transcript après la coupure / Translation after the cut

Transcript:

Affalé dans le canapé de la suite 111 du Beverly Hills Hotel à Hollywood, les yeux dans le vague, Rob Pattinson est visiblement fatigué. La faute à une fête qui s’est prolongée la veille. Il accueille néanmoins ses hôtes avec égard et sincérité en bondissant d’un coup sur ses pieds. Casquette de baseball à l’envers, chemisette noire, jeans et baskets, Coca Light à la main, Robert Thomas Pattinson n’a que très peu de choses à voir avec Edward Cullen, son avatar cinématographique de la série Twilight. À 27 ans, Rob est plus qu’un simple acteur anglais qui a conquis Hollywood, ou même une quelconque star internationale de série TV. Ce Londonien réservé, cultivé et élégant est devenu une icône planétaire adulée par des millions de fans. Un statut confortable mais temporaire – et surtout extrêmement encombrant – que le comédien fait évoluer petit à petit et très intelligemment : rôles à contre-emploi (Bel Ami d’après Maupassant, The Rover de David Michôd), adoption d’un « père » de cinéma en la personne de David Cronenberg (Cosmopolis en 2012 et un nouveau film en préparation) et entrée remarquée dans le monde de la mode cet automne en devenant la nouvelle égérie des parfums Dior Homme. Un faisceau d’indices concordants qui nous dit qu’il ne faut pas passer à côté de Rob Pattinson quand on s’appelle Sport & Style. Le voilà de nouveau assis, à notre tour de jouer les vampires pour lui soutirer des infos...

Quand vous êtes-vous aperçu de votre intérêt pour la comédie et du potentiel d’expression qu’elle représente ?
J’ai commencé tardivement dans un club de théâtre car j’étais très timide enfant. Ça a été révélateur : c’était la première fois que je me confrontais à mes peurs et la montée d’adrénaline a été intense. Ensuite, il y a eu la première fois où j’ai eu le sentiment de « bâtir » quelque chose. C’était pour Little Ashes en 2008, un film assez étrange où je jouais Salvador Dalí. Je tenais beaucoup à la crédibilité du personnage et donc de ma prestation.

Vous avez aussi été musicien ?
À l’origine, je voulais être musicien. Cela a d’ailleurs été le cas jusqu’à Twilight. À cette époque, je tournais avec un groupe dans les pubs autour de Londres. On jouait du folk-pop mais j’ai toujours été plus soul – Otis Redding, Van Morrison – que vraiment folk.

C’est quoi l’élégance pour vous en tant qu’acteur ?
C’est sûrement une affaire d’équilibre entre le magnétisme, l’aura, le comportement, la gestuelle, l’allure. Mais l’élégance c’est aussi l’écoute et la prise de parole.

Et le style ?
C’est pour moi une façon de s’exprimer, ou plutôt un moyen d’expression. On perçoit souvent le style comme une sorte de cosmétique, une façon de se cacher dans un costume. Je trouve au contraire que le vrai style, c’est d’abord avoir une très bonne connaissance de qui on est et aussi beaucoup d’honnêteté envers soi-même.

Est-ce difficile de trouver de bons scenarios quand on est une superstar ?
Oui, car il est difficile de savoir ce que le public perçoit de vous. Aujourd’hui, le public connaît beaucoup de choses sur les comédiens en dehors de leur métier. Le choix d’un scénario se fait sur l’intérêt intrinsèque du scénario, mais surtout sur ce qui relève presque d’un manifeste personnel : choisir ce personnage, c’est aussi moi !

Pourquoi avez-vous choisi The Rover de David Michod qui va bientôt sortir ? Pour aller a rebrousse-poil de votre image publique ?
Probablement un peu, ça fait partie de l’équation. Je l’ai vraiment voulu, j’ai auditionné deux fois ! Le script était magnifique, je me suis accroché. L’histoire est fantastique, très originale, racontée de manière très novatrice. C’était quelque chose qui semblait très différent de tout le reste et je voulais être dedans.
Participer a un film de marque comme celui que vous venez de faire avec Romain Gavras pour Dior est-il de nature à aider à changer votre image aux yeux du public ?
Je l’espère. Cette aventure est très curieuse. Jamais auparavant je ne m’étais imaginé en situation de tourner pour une marque. Et pourtant, la décision a été extrêmement facile à prendre et je n’ai jamais douté. Si ça a été aussi simple, c’est que ce projet m’était proche, qu’on partageait tous les mêmes idées et la même ambition.

Romain Gavras est admiratif de votre implication dans le projet et de la manière dont vous avez joué le jeu...
C’est pour cela que je souhaitais faire ce projet avec lui depuis le début, car je le savais impliqué aussi à 100 %. Dans les films publicitaires, on ressent toujours un peu cette gêne, cette distance qu’il y a entre le réalisateur et les acteurs, entre les acteurs et le produit, entre le film et les spectateurs, etc. Je ne voulais pas de cela. Dans les films de Romain, il y a de la vie, du sang, de la sueur. Une crudité presque palpable. Il était hors de question que je sois seulement un type qui pose. Mais tout le mérite doit revenir à Romain, c’est lui qui a suscité et inspiré cette honnêteté-là.

Vous lui avez fait complètement confiance ?
Complètement. Dès notre premier rendez-vous, j’ai aimé son attitude : il était sur la réserve, ne disait pas oui tout de suite, voulait d’abord me connaître. Il m’a expliqué qui il était et ce qu’il voulait faire. Il était soucieux de sa réputation. Il en était de même pour moi, nous étions sur la même longueur d’onde. On avait raison d’être méfiants car une méprise entre un réalisateur et un acteur peut conduire à quelques abominations. J’ai eu une confiance absolue en lui. J’avais par contrat le « final cut » sur ce qui était tourné et conservé, je ne l’ai jamais utilisé ! Je voulais que Romain réalise ce qu’il avait en tête, que ce soit avant tout son film.

Pas de crainte, donc...
Non, et c’est exceptionnel. Le plus souvent, travailler avec de grosses compagnies implique de tout prévoir par contrat. Dans ce projet avec Dior, personne n’était dans la crainte ou la méfiance.

Que serait le cinéma américain sans les acteurs britanniques ?
C’est vrai ! C’est incroyable, n’est-ce pas ? Britanniques ou australiens. Ou canadiens ! C’est en train de les agacer d’ailleurs (rires). Quand je suis arrivé à Hollywood, nous n’étions que quelques-uns, les gens se moquaient de notre accent. Aujourd’hui, c’est plutôt : « Allez, rentrez chez vous ! ». Je suis très curieux de voir comment cela va évoluer.

C’est une question de culture, de backgrounds différents, donc de profils d’acteurs plus riches sans doute...
Exact. Le profil des comédiens britanniques a beaucoup changé ces dernières années. Les comédiens viennent tous de la middle class, des écoles privées où l’on apprend le théâtre. Il y a quelques années encore, ils venaient de tous les milieux sociaux parce qu’il y avait des bourses du gouvernement. Maintenant, c’est révolu. Pour être acteur en Angleterre, il faut avoir les moyens, sinon c’est difficile.

Lorsqu’on observe votre carrière, on sent que vous cherchez quelque chose. Vous êtes ambitieux ?
Oui. Lorsqu’on enchaîne les Twilight, on se demande si on aura un jour l’occasion de changer de registre. Et puis ça arrive, via Cronenberg ou un autre, et on s’aperçoit qu’on peut jouer des choses auxquelles on n’aurait même pas songé. Il faut saisir les opportunités.

Qu’est-ce qui vous attire chez Cronenberg, avec lequel vous allez de nouveau travailler après Cosmopolis ?
C’est un homme incroyablement intelligent pour commencer. Ensuite, c’est un artiste d’une intégrité exemplaire, qui n’a jamais fait un film pour de mauvaises raisons et surtout pas pour de l’argent. Bref, c’est quelqu’un d’honorable, si ce mot a un sens. Et sur le plateau, tout le monde ressent cela. Et puis c’est l’un des derniers à toujours repousser les limites, à continuer de chercher et ça, c’est formidable. Il a su conserver sa passion et sa curiosité intactes.

Et le sport dans tout ça ? Toujours fan d’Arsenal ?
Oui, même si je perds un peu le fil de la Premier League, car les matchs sont retransmis trop tôt ici en Californie. Récemment, je me suis beaucoup intéressé à la boxe. J’aime bien regarder les catégories légères : poids moyens, welter, super-welter, les poids mouche aussi.

Qu’est-ce qui vous plait dans la boxe, l’aspect chorégraphique ?
Oui, certainement. Et puis, il n’y a pas d’autre sport où la défaite peut être aussi terrible et douloureuse. C’est un sport, une discipline terrifiante où l’honneur tient encore une grande place. C’est beau, tout simplement.

Arsène Wenger doit-il rester manager d’Arsenal ?
Oui, je l’ai toujours apprécié. Mais avec les années, il a développé une sorte de peur de gagner.

Typiquement français, ça...
En effet. Arsenal est probablement la seule équipe de Premier League qui joue comme une équipe française. Ils sont plus occupés à jouer avec élégance qu’à gagner ! On ne gagne pas, mais qu’est-ce qu’on joue bien...
DIOR HOMME MISE SUR LE FUTUR
« Rêve comme si tu devais vivre pour toujours. Vis comme si tu devais mourir demain. » La citation est de James Dean et sert de support à la toute nouvelle campagne pour les parfums Dior Homme dont Robert Pattinson devient l’égérie. Si le parfum lui-même a finalement très peu évolué, l’imaginaire autour de la gamme est aujourd’hui complètement redynamisé. Il faut dire que Dior a mis les moyens en misant à fond sur le créatif décalé et rock’n’roll. Au cœur du dispositif, un film en noir et blanc survolté, réalisé par Romain Gavras, illustrant le concept « 1000 vies en 1 jour » qui met en scène un Robert Pattinson sensuel à souhait, brisant un à un tous les codes de l’establishment et entraînant dans sa fureur de vivre la très, très canon Camille Rowe-Pourcheresse. Le tout au son scandé du Whole Lotta Love de Led Zeppelin, une première pour un film commercial. Pas de doute, gros coup de jeune pour Dior Homme et notoriété assurée partout sur la planète grâce à l’un des sexiest men alive magnifiquement photographié par la très, très culte Nan Goldin.


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Translation by Pattinson Art Work (first Part) and thanks to RPlife (second part):

Robert Pattinson « I wanted to be a musician »

Fond of boxing, British Rob Pattinson is inspired by the noble art's codes of honor and Arsenal's elegance to manage his career. Meeting in Los Angeles with the new face of Dior Homme fragrance.

Sprawled on the sofa of the suite 111 at the Beverly Hills Hotel in Hollywood, eyes unfocused, Rob Pattinson is obviously tired. The blame to a party that lasted late the night before. However, he welcomes his guests with respect and sincerity leaping suddenly to his feet. Backwards Baseball cap, black shirt, jeans and sneakers, Diet Coke in hand, Robert Thomas Pattinson has very little to do with Edward Cullen, his avatar of the Twilight film series. At 27, Rob is more than just an English actor who conquered Hollywood, or even any international star of TV series. This discreet Londoner, cultured and elegant became a global icon adored by millions of fans. A comfortable but temporary status - and above all extremely cumbersome - that the actor is changing slowly and very cleverly: against type casting roles ('Maupassant' by Bel Ami, 'The Rover' by David Michôd), adoption of a Cinema "father" in the person of David Cronenberg ('Cosmopolis' in 2012 and a new movie in preparation) and a sensational entrance in the fashion world this fall by becoming the new face of Dior Homme fragrance. Lots of consistent evidence which tell us at Sport & Style, that we should not miss Rob Pattinson. Here he is sitting again and it's our turn to play vampires to elicit informations ...

When did you start to be interested by comedy and realise the expressive potential it represents?
I started late in a drama club because I was a very shy child. It was a revelation: it was the first time I confront myself to my fears and the adrenaline rush was intense. Then, there was the first time I had the feeling to "build" something. It was for 'Little Ashes' in 2008, a weird film where I played Salvador Dalí. I really wanted to give credibility to this character and therefore to my performance.

You've also been a musician?
At the be beginning, I wanted to be a musician.
It was still the case until Twilight. At that time, I was touring with a band in pubs around London. We were playing folk-pop but I've always prefered soul music more - Otis Redding, Van Morrison - than folk music.

What is elegance for you as an actor?
It is surely balance between magnetism, aura, behavior, gestures, look. But elegance is also being able to listen and to speak.

What about style?
This is a way
of expressing yourself, or rather a means of expression. Style is often viewed as a kind of cosmetic, a way of hiding yourself in a suit. On the contrary, i think that true style is first to have a good knowledge of who you are and also be very honest with yourself.

Is it difficult to find good scenarios when you are a superstar?
Yes, because it's difficult to know how the audience see you. Today, people know a lot of things about the actors outside of their profession. The choice of scenario is made by the intrinsic interest of the script, but also on what is almost a personal manifesto: choosing this character, it's me too!

Why did you choose 'The Rover' by David Michod which will be released soon? To go in the opposite direction of your public image?
Probably a little, it's part of the equation. I really wanted it, I auditioned twice! The script was wonderful, i worked hard. The story is fantastic, very original, told in a very innovative way. It was something that seemed very different from everything else and I wanted to be part of it.
Was your participation to a movie brand like the one you did with Romain Gavras for Dior, a way to help change your image to the public eye?
I hope. This adventure was very strange. Never would have I had imagined filming for a brand. However, the decision was easy to make and I never doubted it. If it was that easy it's cause it meant a lot to me, the fact that we all shared the same ideas and ambitions.
 
Romain Gavras was very admiring of your involvement in the project and of the way you played along...
This is why I wanted to do this project with him since the beginning because I knew he was as involved. In commercials, you always feel this feeling of discomfort, this distance between the director and the actors, between the product and the actors, between the movie and the audience... I didn't want that. In Romain's work, there is life, blood and sweat. A rawness you could almost touch. There was no way I'd be the guy who only poses but all the merit should go to Romain. He's the one who sparked off and inspired this kind of honesty.
 
You trust him completely?
Absolutely. As soon as I met him, I liked his attitude. He was a bit reserved, didn't say yes right away, he wanted to know me first. He told me who he was and what he wanted to do. I felt the same, we were on the same wave length. But we were right to be cautious because a misunderstanding between a director and an actor can create some abominations. I had complete faith in him. It said in my contract that I had the last word on what shot and kept but I never used it! I wanted Romain to produce what he had in mind, for it to be his movie.
 
So, no fears then...
None and it was incredible. Most of the times, working with big companies implies stating everything in the contract, but in this one no one was doubting or afraid.
 
What would be the American cinema without British actors?
It's true! It's incredible, isn't it? British or Australians. Or Canadians! It's annoying them, too. (laughs) When I first arrived in Hollywood, we were only a few, and people mocked our accent. Today, it's more: 'Go home!' I'm very curious to see how things will evolve.
 
It's a matter of different culture and backgrounds so of richer acting chops maybe...
Exactly. British actors' profiles have changed a lot those last few years. Comedians all come from middle class, and private schools where we learned theater. Just a few years ago, they came from every social background because they got scholarships from the government. It's evolved now, to be an actor in England, you need to have the means necessary or it's very difficult. 
When we look back on your career, it feels like you were looking for something? Are you ambitious?
Yes. When you do one Twilight movie after another, you wonder if you ever gonna do something different. And then it happens with Cronenberg or someone else and you realize you can play stuff you never even thought about before. You have to take your chances.
 
What drew you in with Cronenberg, with whom you're working again after Cosmopolis?
He's an incredibly intelligent man for starters. Then, he's an artist with a complex integrity, who never did a movie for bad reasons and definitely not for money. He's an honorable man, if that word has any sense. Everyone feels it on set and he's one of the last who keeps pushing the limits, who keeps searching and that's great. He managed to keep his passion and curiosity intact.
 
What about sports? Are you still an Arsenal fan?
Yes, even if I don't keep up with the First League because the games air too early in California.
Lately, I've taken a big interest in boxing, I like to watch the lightweight categories: middleweight, welter, super-welter and the flyweights too.
 
What do you like about boxing, is it the choreographic aspect?
Yes, certainly and there's no other sport where defeat can be as terrible and painful. It's a sport, a terrifying discipline where honor has a big place. It's beautiful, really.
 
Do you think Arsène Wenger should stay in charge of Arsenal?
Yes, I always liked him but with time, he kind of developed a fear of winning.
 
That's a pretty French attitude...
Indeed. Arsenal is probably the only team in the First League that plays like a French team. They're more busy playing with elegance than trying to win! We don't win but we sure play well...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à discuter et interagir sur les news. Laissez ici vos commentaires, et avec votre prénom ou pseudo c'est encore mieux pour que nous sachions qui vous êtes ;)

Les messages de pub ainsi que les propos grossiers ou insultants seront supprimés. Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feel free to discuss and interact about the news. Leave your comments here, with your name or alias it's even better so we know who you are ;)

Ads as well as rude or offensive comments will be removed. Thank you

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...